Partager

Les responsables du Congrès national d’initiative démocratique (CNID) ont malheureusement fait sien que «participer aux gouvernements, c’est profiter pour renflouer les caisses du parti». Cela après les expériences vécues des gouvernements du PSPR (les Partis signataires du pacte républicain en 1993) et du consensus sous ATT.

Le ministre des Mines, Amadou Sy, cnidien bon teint, aurait attribué tous les marchés de son département à des parents et militants de son parti. C’est ainsi que le marché de mobilier du ministère serait confié à sa femme et l’entretien des véhicules à la femme de son Secrétaire général. Ce qui est du marché de l’alimentation du ministère (thé, sucre, Lipton, lait…), le fournisseur est un militant du parti.

Spéculation foncière : 5.000 plaintes déposées contre Adama Sangaré

En prison à Koulikoro, depuis quelques semaines, le maire du district de Bamako, Adama Sangaré, est dans le collimateur des femmes et des hommes qui ont été injustement dépossédées de leurs parcelles.
Pour ceux-ci, son incarcération n’est autre que le début d’une ère nouvelle pour notre justice, longtemps considérée par les pauvres comme un instrument de pression entre les mains des puissants pour voler le pays.

De sa détention à maintenant, cinq mille (5.000) plaintes auraient été déposées contre Adama Sangaré. Les plaignants seraient des propriétaires des champs, des détenteurs de titres fonciers, etc. Mais attention, l’Adema serait entrain de mener la pression sur Dioncounda pour la libération sous caution du maire spéculateur.

L’Etat ne doit pas rester en marge. Il doit réclamer les espaces publics qui ont été morcelés au profit des dirigeants du consensus.

Tiéblé Dramé, un prétentieux assoiffé de pouvoir

Quelle mouche aurait piqué cet ancien leader estudiantin à être l’adepte de la politique du tube digestif ? La nouvelle mission, qui lui est confiée, à savoir, négocier avec le Mouvement national de libération de l’Azawad, sera un suicide politique. Négocier, après que l’Etat ait engagé des poursuites judiciaires contre ces «bandits armés», c’est accepter une compromission.
La négociation de Tiéblé Dramé sous- entend une intégration des rebelles dans l’armée et dans l’administration publique.

Toute négociation a des limites. Plus de mille milliards injectés dans des projets dans le nord du Mali.
Malgré tous ces efforts fournis par l’Etat, les rebelles touaregs ont pris des armes contre leur pays en exigeant sa partition. Une nouvelle intégration des jeunes rebelles, dans l’armée ou dans l’administration publique, ne serait pas acceptable sans l’intégration de tous les autres diplômés sans emplois de l’année 2006 (date de la signature de l’Accord d’Alger) à ce jour (date de négociation).

Pourquoi la France et sa radio «RFI» défendent le MNLA ?

Plusieurs personnalités françaises auraient de fortes accointances avec les Touaregs (épouses, compagnes, mère d’origine). La raison serait d’ordre familial. Tenez-vous bien ! La concubine du fondateur de Médecins du Monde et ancien ministre de la Santé Bernard Kouchner est d’origine touareg, tout comme Mireille Pomponne de RFI est d’une mère touareg. Dès lors, on comprend aisément les réactions de François Hollande sur la crise au Nord du Mali.

Hollande ment, nous confirmons

Le président français, François Hollande, ment dans son entretien avec la presse française. Lorsqu’il dit que tout était fin prêt pour organiser des élections générales en avril 2012 (date fixée par ATT). Faux. Où sont donc les urnes, cartes d’électeurs, l’encre indélébile, les isoloirs ? Il faut savoir raison garder M. Hollande. Aucune disposition n’était prise.
ATT, pour se maintenir au pouvoir, a activé la rébellion touareg (un feu qui couvait sous la cendre). Malheureusement pour lui, les choses ont tourné autrement.

Marche du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) à Kidal

Les rebelles touaregs ont organisé une marche de protestation contre le retour de l’administration publique et de l’armée malienne à Kidal.
A cette marche, toute la population blanche s’est abstenue de participer à ladite marche. Est-ce qu’il faut comprendre que ceux qui ont refusé de prendre part à la marche sont Maliens et ceux qui ont marché sont «azawadiens».

Un tribunal militaire pour juger les généraux du régime ATT

Selon des sources concordantes proches de la diaspora malienne, la création d’une Cour martiale sera nécessaire pour juger les 84 généraux issus du régime Amadou Toumani Touré.

La diaspora malienne accuse tous ces «généraux de salons» d’avoir aidé ATT à mettre le Mali dans l’agonie et trouve inacceptable qu’ils aillent à la retraite avec des grades distribués sans mérite. Tout ce qui pourrait exclure une prise en charge inutile d’entretiens injustifiés après leur mise à la retraite.
Vivement un tribunal militaire pour situer les responsabilités. Ils sont impliqués dans de nombreuses affaires sales : délinquance financière, la spéculation foncière, le trafic d’or, de drogue. Que sais-je encore ?

Sirakoro Dounfing, malade des querelles politiciennes

Sirakoro Dounfing est le 20è quartier de la commune III situé à quelques encablures de la ville garnison Kati. Il se passe des choses là-bas qui défraye la chronique. Sirakoro Dounfing est l’objet de querelles politiciennes qui freinent son développement. Toutes les bonnes œuvres entreprises par les gens de charité sont vite détruites par des hommes politiques impopulaires.
La mosquée du quartier est fermée depuis le 30 mai par la mairie.

Le compteur d’eau installé par la SOMAGEP a disparu, les tuyaux en plastique des robinets ont été saccagés en morceaux avec des scies. Où sont donc passées les plus hautes autorités ? Si ceux qui doivent assurer de meilleures conditions de vie à leur population deviennent des destructeurs de leurs édifices, la vie devient impossible.

Des religieux corrompus dans la politique

S’il y a un phénomène qu’il faut craindre au Mali, c’est la montée et la prolifération des associations islamiques. Faute de cohésion, elles et leur leader sont divisés. Cette division profite bien aux nombreux partis politiques : avec l’argent frais, les hommes politiques les manipulent à leur guise.

Pour déstabiliser le Haut Conseil islamique, le FDR paye un jeune leader religieux

Les leaders du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (FDR), responsables en partie de tous les maux dont le peuple malien souffre, sont prêts même à s’allier avec le diable pour reconquérir le pouvoir. Pour cela, ils n’écartent aucune piste.

Ainsi, ils seraient à la base de ce tiraillement entre les chefs religieux, qui finalement pour laver le linge sale en famille, se sont retrouvés au Centre international de Conférence de Bamako (CICB), le 27 mai. Ils auraient arrosé un jeune leader religieux, avec pour mission de propager des propos touchant à la cohésion du Haut Conseil islamique (HCI).
Ces déclarations ont touché plus d’un au sein du HCI. A-t-il réussi sa mission ? A vous de l’apprécier ?

Cheick Modibo Diarra, ancien Premier ministre de plein pouvoir, candidat

L’astrophysicien n’a pas bien lu l’accord- Cadre du 6 avril 2012, signé à Ouagadougou. Il est bien écrit noir sur blanc que les membres de la transition ne seront pas candidats à l’élection présidentielle qui aura lieu dans un an (2013). Il trouvera sur son chemin la Cour constitutionnelle pour contrarier sa course pour Koulouba.

03 Juin 2013