Partager

Si le Président Ibrahim Boubacar Keita a un premier défaut c’est la naïveté. L’homme d’Etat qu’il est fait vite confiance à son entourage. Le second c’est la promotion des diplômés chômeurs qu’il recrute dans le Gouvernement et dans son cabinet sans enquête de moralité.

Le général Amadou Toumani Touré a été chassé du pouvoir le 22 mars par des jeunes militaires. Dioncounda Traoré «nommé» président de la transition par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a hérité du personnel subalterne du palais du général fuyard (commis, secrétaires, plantons etc.).
IBK élu président a continué avec le même personnel en service au Palais de Koulouba. Ce qu’Ibrahim Boubacar Keita ne sait pas, ce personnel qui aurait loyalement servi ATT et Dioncounda Traoré ne le serait jamais favorable. Raison toute trouvée pour ce petit personnel de remettre à la presse les documents confidentiels du cabinet d’IBK.

Une belle fin de transition pour un ministre du Gouvernement Diango Sissoko

Un ministre du Gouvernement Diango Sissoko sous la transition (Dioncounda Traoré) qui était en location a payé catch une belle résidence à quatre vingt huit (88 millions) de francs CFA. Actuellement en chômage technique, notre ancien ministre remue ciel et terre pour être dans le Gouvernement Oumar Tatam Ly.

Et le fils d’un Premier ministre malien paye le logement d’un douanier à 200 millions de francs CFA

Ce fils d’un des nombreux Premiers ministres maliens, transformé en homme d’affaires est devenu milliardaire en un laps de temps. Il aurait bénéficié de plusieurs marchés du Gouvernement de la transition.
Récemment il a payé catch le logement d’un douanier à la retraite à 200 millions de francs CFA. Une fois les sous en poche l’inspecteur de douane d’origine Sénégalaise a rejoint son pays.

Législatives 2013 : Faible de taux de participation des électeurs ?

Les élections législatives du 24 novembre 2013 enregistreront un faible taux de participation des électeurs. Et pour cause :

– primo, les candidats manquent de fonds pour attirer la foule.

– secundo, le changement auquel, les électeurs s’attendent ne serait pas possible avec ceux-là qui sont candidats déclare un jeune diplômé.
Ces législatives se tiennent à un moment ou notre pays connait une crise de confiance entre les hommes politiques et leurs militants. Pour gagner aux élections législatives au Mali, il faut payer les électeurs ou financer des projets d’associations féminines.

Falsification des pièces administratives en hausse au Mali

La démocratie n’a pas été facteur de bienfait chez nous au Mali. Elle a apporté son lot de dysfonctionnements graves dans l’administration publique et si l’on ne songe pas à y remédier, certains comportements de nos démocrates risquent de transformer notre administration en une société de gérontocratie (une administration fondée et dirigée par des personnes âgées).
Pour des raisons de falsifications des pièces (actes de naissance ou autres), les fonctionnaires maliens ne partent plus à la retraite. Le secrétaire général d’un des syndicats de Transrail possède à lui seul trois (3) actes de naissance. Son service est actuellement confronté à un problème de pièces légales et originales.

Retour du général Amadou Toumani Touré au bercail

Selon des sources bien introduites auprès du général déchu, Amadou Toumani serait sur le point de rentrer au Mali. Selon les mêmes sources, il devait assister à l’investiture du président Ibrahim Boubacar Keita le 19 septembre dernier.
Cependant les amis de l’ancien président s’activent pour lui réserver un accueil digne de son rang affirment-ils. Mon conseil ? ATT à Bamako c’est pour chasser IBK du pouvoir.

Législatives 2013 : Adama Sangaré, candidat Adema en Commune III

Selon des sources concordantes, l’élection d’Adama Sangaré aux élections législatives en Commune III du district de Bamako équivaudrait à la continuation de l’impunité.
Bénéficiant d’une présomption d’innocence après un séjour à la prison de Koulikoro, le maire central Adama Sangaré ne serait plus la personnalité indiquée pour briguer le poste de députés en Commune III.

L’Inter de Bamako du 18 Novembre 2013