Partager

Contrairement à une rumeur qui circule en ville comme une traînée de poudre, la date des épreuves du baccalauréat (Bac) malien, session de juin 2016, n’a connu aucune modification. Les épreuves se dérouleront conformément au calendrier qui fixe les dates des examens scolaires de fin d’année par le ministère de l’Education nationale.
Pour ce qui est du Bac, elles auront lieu du 20 au 23 juin 2016. Cette confusion est entretenue par des femmes et des hommes qui pensent que le ministre Togo a changé la date du Bac devant les députés le mardi dernier. Il n’en est rien. Le ministre n’a pas modifié la date, encore moins, il ne s’est pas trompé. S’il a dit que la date du Bac est fixée du 16 au 18, il s’agissait des épreuves du Bac technique et non du baccalauréat qui est prévu du 20 au 23 juin 2016.

BHM-BMS-SA : la fusion prive les enseignants des collectivités de leur salaire
Les enseignants des collectivités domiciliés à la Banque malienne de solidarité (BMS-SA), issue de la fusion avec la Banque de l’habitat du Mali (BHM-SA), n’ont que leurs yeux pour pleurer. La raison ? Ils n’ont pas encore perçu leur salaire du mois de mai. Alors que leurs collègues des autres banques de la place ont déjà touché leur salaire. La BNDA, par exemple, a satisfait ses clients depuis le 21 mai.
Les victimes, pour comprendre ce qui leur arrive, ont fait le tour des bureaux des responsables qui étaient censés leur donné des réponses satisfaisantes. Après avoir écouté les uns et les autres, c’était le même refrain: «la fusion retarde le payement de vos salaires». Pourtant, il avait été dit que la fusion n’allait pas porter préjudices à aucun client.

Réconciliation nationale : l’intrépide Amadou Koita en colère contre Amadou Haya Sanogo son bienfaiteur
De qui se fout ce jeune politicien ingrat ? Lorsqu’il affirme sur les antennes que le général Amadou Haya Sanogo est un putschiste que c’est pour cela que sa photo ne figure pas dans la salle du meeting de la réconciliation nationale parmi les anciens présidents. N’est-ce pas là une ingratitude ? Quand on sait que c’est le général Amadou Haya Sanogo qui lui aurait remis deux (02) millions de nos francs pour lui permettre de soigner sa femme à l’étranger ?
Soyons honnêtes et sérieux dans ce pays afin de bannir l’ingratitude dans nos comportements de tous les jours. Soyons reconnaissants envers notre bienfaiteur. Le président du PS-Yelen Coura file le mauvais coton pour avoir toujours trahi ses bienfaiteurs. Fut-il homme de caste, il faut se taire souvent.

Opposition dans la rue : IBK sollicite les services de Hollande pour demander l’annulation de la marche auprès de Soumaïla Cissé
Selon plusieurs sources concordantes, IBK aurait demandé à Hollande d’intercéder auprès du chef de file de l’opposition malienne, Soumaila Cissé, pour qu’il annule la marche du 21 mai 2016. La grande marche de l’opposition n’a pas du tout plu au président IBK dont le but était de dénoncer les tares du régime et en même temps réclamer le retour d’ATT au Mali.
Il aurait téléphoné à François Hollande afin qu’il intercède auprès de son ami Soumaila Cissé pour surseoir à ladite marche. Mais hélas ! Selon nos sources, François Hollande lui aurait dit qu’il a les mêmes problèmes chez lui en France et tous les jours les Français sont dans les rues.

Conseil des ministres, IBK ne cesse de poser cette question au Premier ministre : où est Mamadou Igor ?
Mamadou Igor Diarra a été évincé du gouvernement sans l’avis du président de la République. Dès lors, ceux qui affirment que le président de la République Ibrahim Boubacar Keita n’est pas le commandant du bateau Mali ont raison. La preuve ? Les rumeurs proches du palais attestent que Mamadou Igor Diarra, ministre de l’Economie et des Finances, aurait été évincé du gouvernement par la troisième oreille du chef suprême des armées.
Plusieurs fois, IBK aurait posé la question au Premier ministre Modibo Keïta de savoir où était passé le ministre Mamadou Igor à cause de ses absences prolongées aux conseils des ministres. Chaque fois qu’il demandait le Premier ministre, celui-ci enchaînait une autre conversation pour brouiller la piste.
La troisième oreille du président aurait ordonné au Premier ministre d’écarter Mamadou Igor du gouvernement parce qu’il n’était pas généreux envers «Ma famille d’abord».

Gouvernement : la presse fait de Soumeylou Boubèye Maïga le nouveau Premier ministre
La nomination de Soumeylou Boubèye Maïga (SBM) à la primature serait le choix de la France pour, dit-on, booster la mise en application de l’accord d’Alger qui consacre la partition de notre pays. Le problème du Mali, c’est IBK lui-même et non le changement de ministre ou de gouvernement. Cinq (05) bons cadres patriotes, honnêtes peuvent gérer notre pays à condition que le président Ibrahim Boubacar Keïta change de comportement et qu’il fasse le bon choix parmi les ressources humaines. Son pouvoir est ponctué de scandales et gigantesques escroqueries sur le foncier.
Soumeylou Boubèye Maïga est-il l’homme qu’il faut pour sortir le Mali du creux de la vague ? Même s’il serait imposé par la France colonisatrice comme Premier ministre du Mali, il serait un obstacle pour la réconciliation nationale (son passage à la SE et au ministère de la Défense).

Hôtel Onomo : Nina Walett Intallah logée aux frais de l’Etat
La rebelle touarègue et fille d’Intallah (paix à son âme), nommée vice-présidente de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation, est prise en charge à l’hôtel Onomo par l’Etat malien. On a encore en mémoire les propos virulents de cette femme du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) contre le gouvernement du Mali à propos de la crise du Nord. L’hôtel Onomo est actuellement géré par la France et la France a fabriqué le MNLA et lui apporte toujours son soutien pour la partition de notre pays.

RPM en Commune II : Mme Sissako Yagaré Tounkara serait la meilleure secrétaire générale
A quelques encablures de la tenue du congrès du RPM, certains cadres du parti sont à couteaux tirés pour le renouvellement des instances du parti. Celui qui aura le plus marqué les esprits serait la mise en place du bureau de la commune II. Là-bas, le directeur de cabinet du président de l’Assemblée Nationale du Mali qui est candidat a ouvert les hostilités contre son adversaire, une femme intellectuelle ayant occupé des postes de responsabilités dans une entreprise privée puis dans l’administration publique.
Rompue et gavé à la tache, la probité morale de Yagaré Tounkara ne souffre d’aucune ambigüité. Le président sortant des Tisserands(IBK) a toujours été du coté des femmes qu’il ne cesse d’accompagner. Partisan de l’équité et du genre dans la promotion des femmes, le fils de «Konimbadjan» doit jouir de toutes ses prérogatives afin que Mme Sissako Yagaré Tounkara soit pour la première fois une femme secrétaire générale d’un des grands partis politiques de la place.

Retrait de la fréquence de la Radio Patriote : IBK tranche en faveur de Boquélé
Longue procédure judiciaire de Radio Patriote FM «Boquélé» contre Patriote héritier Keita. La justice malienne aurait été incapable de dire le droit parce qu’il y avait l’œil vigilant de la Sécurité d’Etat (SE) qui aurait exercé une forte pression sur les juges. Pressuré par cette situation, le président de la République selon nos sources aurait signifié son mécontentement pour le retrait de la fréquence à la Radio Patriote Boquélé.
Pour IBK, l’aspect séditieux de la radio ne saurait servir d’argument pour le retrait de la fréquence, étant donné que les organes de sanctions existent au niveau de la presse. Ordre aurait été donné par le président de la République de mettre Radio Patriote Boquélé dans ses droits (fonds).

Alpha Oumar Konaré rompt le silencieux en dédiant un livre aux Maliens
«La bataille du Souvenir». Un titre certes révélateur mais Alpha n’était pas obligé d’écrire un tel livre avec un tel titre puisqu’en ce moment précis sa bataille politique risque de donner naissance à une guerre civile au Mali. Sa bataille de plusieurs années pour l’avènement de la démocratie et sa bataille de souvenir de dix ans pour casser l’opposition connue sous le vocable Coppo (Collectif des partis politiques de l’opposition) dont le professeur de la démocratie en Afrique (Alpha Oumar Konaré) a mis sous la houlette d’IBK alors Premier ministre en prison tous les opposants au régime ADEMA (Maître Mountaga Tall, Choguel Maiga, Fanta Mantjini Diarra, Mamadou Lamine Traoré, Almamy Sylla). Des rencontres secrètes ont lieu au bureau de l’ex-président de la République à Niaréla. Ce que l’on peut déduire, Alpha Oumar Konaré aurait un calendrier.

Et le couple Konaré renoue avec la politique en reconstituant la grande famille ADEMA-PASJ
L’ex-couple présidentiel (Konaré) veut reconstituer la grande famille ADEMA. Pour cela, la présence d’Adam Bah Konaré à la célébration l’anniversaire de la création de l’Adema est un signal fort pour rassembler les abeilles de tous bords (MIRIA, RPM, URD, CODEM, PDES).
Selon la messagère Adam Bah Konaré, il semblerait que le mot de l’ancien président du parti serait : «Abeilles de tous bords, unissez-vous. Ensemble nous vaincrons». Walahi ! Dieu est là et sait bien ce que le parti ADEMA a causé comme préjudices au peuple malien. C’est l’heure du jugement de Dieu qui est arrivé !

Commune II : Mahamadou Diallo, un militant gênant pour le RPM
Mahamadou Diallo, dircab du président de l’Assemblée nationale du Mali, devient un militant encombrant pour le parti des tisserands. Très ambitieux, cet ancien maire échappe pour le moment à la prison après sa gestion désastreuse du foncier en commune II. De mèche avec le président de l’Assemblée nationale à l’époque, Mahamadou Diallo maire aurait détourné ou exproprié les parcelles d’autrui pour les attribuer à des personnalités maliennes. C’est pourquoi, il se croit tout permis. Par ses méthodes de violences, l’ancien maire de la commune II veut se faire une notoriété politique.

L’Inter de Bamako du 30 Mai 2016