Partager

Depuis un moment, au niveau du FDR, des informations empoisonnent l’opinion nationale que, soucieux de la défense des Maliens, le Général fuyard avait commandé des cargaisons d’armements. Ce sont ces commandes, dont les livraisons ont malheureusement accusé du retard, qui sont au niveau des ports des pays voisins. Cette tentative désespérée de crédibiliser un homme, qui, ébranlé par les épouses des militaires au palais de Koulouba, a honteusement reconnu que les militaires tués à Aguel Hoc manquaient de munitions.

Incroyable sous tous les cieux, car des militaires qui n’ont plus de munitions ne sont ni plus ni moins que des hommes désarmés ; mieux des hommes handicapés puisque les armes de défense deviennent des fardeaux pour la progression de toute troupeau.

Quel intellectuel ignore que durant dix ans, les budgets de la défense ont été exécutés par des fournisseurs de pèles-mêles, favorisant l’évasion d’énormes fonds publics ; d’ailleurs le principal d’entre eux est en fuite depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012. Les autorités de la transition n’auront que leurs yeux pour pleurer à la réception de ces supposés commandes d’armements, qui ne convainc que les plus naïfs d’entre les Maliens.

Aucun argumentaire ne pourrait plus soigner l’image d’ATT, qui a choisi d’être un lâche vivant plutôt qu’un héros mort. Cet ancien général d’armée a préféré détaler honteusement du palais de Koulouba, avec lui les siens, tous portés péniblement par des militaires jusqu’au bout respectueux de leur mission ; pourtant un autre général d’armée, certes plus courageux, a plutôt choisi d’attendre aux mêmes lieux, avec lui les siens, une équipe dirigée par le colonel Amadou Toumani Touré venu lui annoncer la fin de son régime devenu impopulaire. On voit bien que le courage n’est délivré par attestation à la sortie d’une école de guerre.

Mali des banquiers affairistes : on dénombre 14 banques à Bamako

Rares sont les banques qui ont bonne presse. Comme on le dit souvent « les banquiers n’aiment pas le bruit », on pourrait ajouter aussi que les banquiers sont des hommes d’affaires très futés.

Un pôle bancaire constitué de quatre (4) banques de la place auraient accordé un prêt de 14 milliards de F CFA sans garantie à une société dénommée «Centrale SOPAM S.A- Mali de Sirakoro. La seule garantie serait l’Etat malien en ces termes : » Sureté: engagement de l’Etat du Mali à se substituer à l’emprunteur dans le cas où l’acheteur faillirait à son obligation d’acquérir le productible livrable et que les factures mensuelles de l’emprunteur, pour cette énergie, ne seraient pas réglées dans un délai de trois (3). Le contrat a une durée de 5ans (2007- 2012).

Le hic ? C’est à deux ans de la fin du contrat signé le 7 janvier 2010 que le montant a été porté à 21,923 milliards de FCFA. Des pratiques dignes de banquiers affairistes. Au Mali beaucoup de sociétés écrans appartiennent à des PDG de banques maliennes. Ces PDG sont à la fois fournisseurs et clients.

Le promoteur de la société SOPAM est un Burkinabé.

Hôpital national de Sikasso : la population réclame le départ du directeur
Depuis la création de l’association Jiguiya, la tension est montée d’un cran dans la capitale du Kénédougou. En effet, elle demande le départ du directeur général de l’hôpital national de Sikasso, Dr Dolo. L’association reproche, d’une part, à ce dernier sa longévité comme directeur général de l’hôpital de Sikasso (16 ans) et, d’autre part, son implication dans le départ des médecins chinois de Sikasso.

Si les autorités ne réagissent pas à temps, la situation risque de dégénérer.

Nouveau gouvernement FDR

De nouvelles têtes s’annoncent dans la ruche. Parmi les nouveaux ministrables, on cite les noms de deux femmes Mme Zouré Fadimata Maïga et Mme Salimata Fofana.

31 Juillet 2012