Partager

Une des filles de Dioncounda Traoré, président par intérim du Mali roulerait dans une 4X4 propriété de l’Assemblée nationale du Mali

Ce véhicule 4X4 de marque Pagero servirait de moyen de déplacement à la fille de Dioncounda Traoré depuis qu’il était président de l’institution. Actionnaire dans une agence de communication, Mademoiselle Traoré dite «Pitjou, son nom de jeune fille» circule dans les rues de Bamako à bord de cette 4X4 au su et au vu du secrétaire général et des questeurs de l’Assemblée nationale, pendant que certains membres du bureau ou présidents de commissions n’ont pas de véhicule de service.

Jusqu’ici, aucun honorable n’a levé le doigt pour dénoncer cet acte digne d’une République bananière. Quand on vote la loi, il faut être légaliste.
Selon des sources, l’entretien de ce véhicule serait assuré par la questure.

L’ancien président de l’Assemblée nationale, le Professeur Dioncounda Traoré met sa troupe en garde contre les interpellations des membres du gouvernement

Suite aux interpellations des ministres de l’Administration territoriale et de la décentralisation et de la Fonction publique, l’ancien président de l’Assemblée Nationale, président par intérim du Mali, a convoqué chez lui un groupe de parlementaires de la «majorité» pour leur asséner ses vérités : «Vous n’aviez plus le droit d’interpeller le gouvernement, ni faire une motion de censure pendant cette période de transition». Message reçu à Bagadadji ?

Comme dit l’adage «Chat échaudé craint l’eau froide».

Et d’un élu communal voyou

Un élu municipal du parti de l’URD, en commune I et membre du comité de gestion de la caisse Benkadi à Djélibougou, doit plus de trente (30) millions de F CFA à ladite caisse.
Incapable de rembourser la somme qu’il doit à Benkadi, la caisse d’épargne et de crédit est partie en faillite. Les épargnants rencontrent de sérieuses difficultés pour faire des retraits.
Mine de rien, notre élu municipal mène bien sa vie comme bon lui semble sans se soucier des 30 millions qu’il doit à Benkadi.

Une diva de la chanson promotrice d’un réseau de prostitution à Paris

Avec les nouvelles technologies de l’information, la musique ne rapporte plus et avec l’insécurité grandissante, les gens vont rarement au concert. Une diva de la chanson malienne bien connue sur le plan internationale a changé de fusil d’épaule pour créer une autre activité plus lucrative que la chanson: le commerce du sexe à Paris.
De belles jeunes filles maliennes sont sélectionnées par la diva pour Paris, où elles sont logées dans un hôtel. Une bonne partie de l’argent du travail tombe dans ses comptes. Après la chanson, les pornographies, le commerce du sexe est aussi plus juteux.

Nioro du Sahel, une ville pas chère

Les produits de grande consommation coûte moins cher dans le cercle de Nioro. Le sac de 50kg de riz importé, de première qualité, est vendu à 15.500 F CFA, le kilo de sucre à 495 F CFA, l’huile à 900 F CFA le litre, le carton de savon de 18 morceaux à 4 500 F. Le paquet de thé est cédé entre 50 F (le plus petit) à 3.000 F CFA (le plus gros). C’est l’un des rares cercles, où on cultive et consomme le gros mil.
On dit chez nous au Mali que la consommation du gros mil augure de bons auspices.

Les feuilles de «nanaye» de Nioro nulle part ailleurs

Les feuilles de «nanaye» sentent bonnes et dégagent une menthe qu’on ne rencontre nulle part ailleurs qu’à Nioro. Amateurs de thé, faites un tour dans la ville sainte pour savourez le bon thé niorois à la nanaye.

Gao : un quartier résidentiel à Sanèye extension construit avec l’argent de la drogue

Un nouveau quartier chic a surgi du sol à coté de Sanèye. Là-bas, c’est un petit Paris dans la ville de Gao. Toutes les bâtisses sont chiques. C’est un nouveau quartier bâti grâce à l’argent de la drogue, nous apprend-t-on. Ce nouveau quartier est doté de très belles résidences dont les propriétés sont des jeunes âgés de 20 à 30 ans.

L’Inter de Bamako du 27 Novembre 2012