Partager


A propos de la rareté de l’argent au Mali

Deux éminents avocats discutent dans un bar-restaurant huppé de Bamako. L’un dit à l’autre cela fait bientôt deux mois que mon cabinet n’a pas reçu un seul client. Aussi les clients viennent- ils se faire excuser pour non respect des délais de payement.

Mon cher ami comment expliques-tu cette rareté d’argent ? L’autre lui répond : d’après mes enquêtes, tous les fonds vont dans les coffres du…. Suivez mon regard.


Honorables femmes : habillez-vous décemment ?

De toutes les législatures de notre auguste Assemblée nationale, on n’avait jamais vu des femmes parlementaires portées des habits indécents que maintenant. L’Assemblée nationale est le sanctuaire de la bonne conduite, du respect de soi-même, de la sagesse.

Les honorables femmes parlementaires doivent donner le bon exemple.
La malienne est appréciée dans ses grands boubous, grands Dakar et robes.Une honorable en taille basse ?

Un terrain de football divise les jeunes de Banconi et la mairie de Korofina-nord

Depuis quelques jours, la tension est montée d’un cran entre le conseil municipal I et les jeunes de Banconi. Au centre du conflit, le terrain de football a été morcelé et cédé à des gens fortunés. Informés, les jeunes du quartier ont ouvert les hostilités contre les bénéficiaires des parcelles.


Conséquence :
les jeunes interdissent les travaux de construction sur leur terrain de foot. Le maire de la section domaniale, interrogé pas nos soins, se dit serein. Parce qu’«une autre parcelle a été proposée à ces jeunes, qu’ils ont refusé». Les bénéficiaires, de leur côté, ont saisi le tribunal de la commune I pour mettre fin aux altercations. Du côté des jeunes de Banconi, une marche de protestation sur le ministère de la jeunesse et des sports serait en vue pour attirer l’attention des autorités.


CMDT dépouillée avant sa privatisation

A propos de la privatisation de la Compagnie malienne du textile (CMDT), un syndicaliste répond : «Qui va reprendre la CMDT dépouillée de tous ses biens» ? Hormis les ressources humaines, le géant de l’économie malienne a tout perdu. Argent, patrimoine et prestige. Qui avait dit que la démocratie était aussi source de délinquance financière. Au Mali, les démocrates furent-ils militaires retraités ont bazardé le patrimoine national.


Ahmed Sow, Premier ministre ?

Le Premier ministre Modibo Sidibé, bureaucrate, adepte des discours dithyrambiques, ne serait plus en odeur de sainteté avec son ami, le président de la République. Note : zéro pointé. Ahmed Sow serait sollicité pour occuper le fauteuil à la primature. Mais l’épée de l’Union européenne, affaire CDE, plane sur sa tête. C’est pourquoi une campagne médiatique est ouverte pour le blanchir. Attendons de voir, l’UNTM a aussi son mot à dire.

Marche vers l’emploi agricole : Les ministres boudent Iba N’Diaye

Rien ne va plus au sein du gouvernement de Modibo. La marche vers l’emploi agricole, organisée par le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, a été un fiasco.

Sur les sept ministres de la République, qui devraient être de la fête à l’Office du Niger (Ségou), cinq ont brillé par leur absence. L’absence la plus remarquée a été celle du ministre de l’Agriculture, Tiémoko Sangaré.

Pourtant, aucun événement de dimension nationale ne les retenait à Bamako. Est- ce les premiers signes de la difficile cohabitation entre les ministres ?

Assemblée Nationale : Chut !!! On bastonne les marcheurs
Le mardi dernier les responsables de l’association maliens des expulsés ont été raclés par les forces de l’ordre aux alentours de notre Assemblée Nationale.

Ils ont tout simplement voulu faire un seet-in devant l’Assemblée Nationale pour dénoncer la politique de l’immigration de la France et également la complicité du gouvernement Malien.

Le groupement parlementaire PARENA-SADI dans une déclaration a vivement condamné cette barbarie ignoble.
Bravo !!!Dioncounda et quelle démocratie ?


Initiative riz

Une belle initiative M. le Premier ministre. Mais voyons les choses à la loupe. Le riz est une céréale secondaire consommée au Mali. La quantité importée est supérieure à celle cultivée à l’Office du Niger. Les marchés maliens sont inondés de riz subventionné. La liberté des prix, mise en application en 1992 par notre pays, complique les choses avec à la clé des exonérations accordées aux opérateurs économiques.


Question à M. le Premier ministre

Le riz importé constitue une mévente pour l’Office du Niger. La liberté des prix tue la production nationale. Est-ce à dire M. le Premier ministre que vous allez supprimer la liberté des prix ?


Inter de Bamako

23 Juin 2008