Partager

Le Fonds monétaire international a été crée pour assurer le plus grand développement possible du commerce international. Les hommes d’Etat occidentaux qui ont dessiné un nouveau système monétaire articulé sur le FMI en juillet 1944 à Brettons Wood étaient sous le coup de la grande crise des années 30 et de la Seconde guerre mondiale.

Les Etats voulaient éviter le repliement des économies occidentales sur elles- même c’est pourquoi ils ont conçu le Fonds monétaire international pour gouverner économiquement les pays pauvres.

Actuellement près 110 Etats continuent de bénéficier des aides du Fonds. Il fallait un système monétaire assez stable pour que les commerçants aient confiance dans les monnaies qu’ils utilisent pour régler leurs échanges. Il fallait également assurer la liquidité du système, s’arranger pour qu’il y ait toujours assez de devises en circulation pour assurer les règlements.

Pratiquement, le FMI sert essentiellement à venir en aide aux Etats membres qui ont des difficultés de balance de paiements afin qu’il n’est pas recours à des pratiques qui risquent d’entraver les échanges internationaux.

En effet, quand un Etat à de telles difficultés, cela signifie que les sommes d’argent qui sortent de ses frontières sont supérieures à celles qui y rentrent, soit parce que ses importations sont supérieures à ses exportations, soit à cause des mouvements de capitaux qui lui sont défavorables.

Le gouvernement est alors tenté de dévaluer sa monnaie pour rendre ses produits plus compétitifs sur le marché extérieur, soit de contingenter ses importations et de favoriser à tout prix les exportations, soit d’instaurer un contrôle des changes afin de limiter les sorties de devises.

Le rôle du FMI est d’éviter que les Etats membres aient recours à des pratiques restrictives en leur apportant une aide financière qui permet à ces Etats de faire face aux difficultés du moment. C’est ainsi que la Banque mondiale a été créée. Elle a pour mission de contrôler la situation économique et financière des pays bénéficiaires du Fonds.


En 1975, le FMI sonne le tocsin

Il a estimé que durant la période 1975-1985 les Pays en voie de développement (PVD) ont placé à l’étranger (comptes en banque, bons du trésor) quelque 250 milliards de dollars. Paradoxalement et de façon fort inquiétante, cette fuite affecte surtout les pays qui ont le plus de mal à rembourser leurs dettes, particulièrement les Etats africains. Une fuite d’argent catastrophique dénoncée par la Banque mondiale.

Pour obtenir ces renseignements, les services secrets américains mettent sur pied plusieurs programmes qui, en liaison avec les douanes et le trésor, centralisent les informations sur les transactions financières opérées par les chefs d’Etats ne répondant pas aux critères «démocratiques» définis par la Maison blanche.

Ces fonds détournés, qui proviennent pour la plupart des aides au développement, repartent sous le manteau en Europe dans des banques étrangères, de contrats pétroliers ou de commissions exigées par les gouvernements, sont pistés et traités par ordinateur. Ces renseignements sont recoupés avec ceux recueillis par les experts du FMI et de la Banque mondiale.

Ces grosses tirelires servent à acheter des châteaux en Occident, des armes pour rentrer en rébellion contre les opposants au régime.

Pendant ce temps, le peuple meurt de faim, de maladie, d’ignorance. Jusqu’ici le FMI, la Banque mondiale n’ont jamais sanctionné un chef d’Etat africain pour mauvais traitement de son peuple.
Est- ce à dire qu’il y a un deal entre les dirigeants africains et le FMI et la Banque mondiale ?

Amy SANOGO

16 Juin 2008