Partager

URD (1)

Panique dans les rangs

L’annonce de la candidature de Oumar Ibrahim Touré, 2è vice président, au poste de président de l’URD a provoqué une belle frayeur dans les rangs des partisans de Soumaïla Cissé.

En effet, depuis la semaine dernière, des démarches se sont multipliées au sein du parti et en direction de Touré pour qu’il renonce à sa candidature.

Mais certains proches de Oumar Ibrahim Touré, indiquent toute la détermination de celui-ci à aller jusqu’au bout. « L’URD est un patrimoine commun. Si Soumaïla a été au devant de sa création, ce sont d’autres qui ont consacré tout leur temps, leur énergie et leurs ressources pour qu’il soit un parti fort. Et ceux-ci ont les mêmes droits que Soumaïla et Younoussi », affirment aujourd’hui certains cadres de l’URD.

URD (2)

Touré et les autres


A l’URD, ce n’est pas que Oumar Ibrahim Touré qui a des griefs contre la manière de gérer le parti. En effet, de nombreux cadres du parti sont mécontents du « dirigisme » imposé depuis Ouagadougou par Soumaïla Cissé. Au sein du comité exécutif du parti, des voix dénoncent l’instrumentalisation du parti, au service des ambitions de Soumaïla Cissé ».

Au prochain congrès du parti prévu pour fin avril, de nombreux cadres sont prêts à sonner la révolte contre le mentor du parti.

URD (3)

Soumaïla Cissé à Bamako


Comme pour donner raison à ses détracteurs, Soumaïla Cissé était attendu hier à Bamako, en provenance de Dakar. Coïncidence ou non ? Le mentor de l’URD, depuis son élection à la Présidence de la commission de l’UEMOA, a toujours trouvé des prétextes pour être à Bamako, quand « ça chauffe » dans son parti et à chaque assise de l’URD. Et depuis l’annonce de la candidature de Oumar Ibrahim Touré, nombreux étaient les responsables et militants de l’URD à s’attendre à le voir dans la capitale. D’où cette question : entre Younoussi Touré et Soumaïla Cissé qui dirige réellement l’URD ?


URD (4)

La guerre n’a pas eu lieu


La guerre annoncée et attendue à la réunion ordinaire de l’URD, avant-hier, n’aura finalement pas lieu. Beaucoup d’observateurs se sont trompés dans leurs prévisions de voir les ténors de ce parti s’affronter. A 17 heures précises, la quasi-totalité des membres de la direction du parti sont entrés en salle. De la cour, durant les 100 minutes qu’a duré la rencontre, aucun éclat de voix, cri ou écart de conduite n’était perceptible. Pourtant, avant la rencontre, la jovialité qu’affichaient la plupart des participants était loin de cacher la tension qui se lisait sur les visages, le malaise qu’ils ressentaient à la perspective de débattre d’un sujet qui a fait la une de la presse: la candidature du deuxième vice-président, Oumar Ibrahim Touré, à la tête du parti, face à l’actuel détenteur de ce poste, Younoussi Touré. A leur sortie, les participants affichaient la même jovialité qu’à leur entrée. Quant aux deux principaux protagonistes, ils ont fait montre d’une certaine sérénité. Renseignement pris, ils sont tous deux campés sur leurs positions. Younoussi Touré est résolu à garder la place au chaud pour son mentor, tandis que Oumar Ibrahim Touré, lui, est déterminé à faire bouger les choses, à démocratiser le parti pour que les décisions, toutes les décisions, soient prises par les instances appropriées du parti et non par des personnes qui lui sont étrangères. Un consensus, cependant : tous sont tombés d’accord sur la nécessité de laver le linge sale en famille, sur l’importance d’une bonne préparation du prochain congrès et sur l’opportunité de laisser les militants choisir la meilleure voie.


PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE

Le Secrétariat général dans du neuf


C’est désormais chose faite. Les service de la présidence de la République ont commencé à aménager dans les nouveaux locaux construits avec le concours de la coopération Chinoise.

Premier service à occuper les lieux, c’est la Cellule de communication de la Présidence. Les « hommes » de Cissouma ont précédé le nouveau secrétaire général de la Présidence, Django Cissoko, qui a pris fonction, il y a quelques jours.

Les autres services de la Présidence sont sur le point de faire leurs bagages en vue du grand déménagement.

PRISE EN CHARGE COMMUNAUTAIRE DE LA MERE ET DU NOUVEAU-NE

L’UNICEF accueille les formateurs de 11 pays


Le Mali accueille, du 20 au 28 février, une cinquantaine d’experts venant de 11 pays, des bureaux régionaux de l’UNICEF, de l’USAID/2010, de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé, etc. Ils participeront à l’atelier sous régional de formation des formateurs sur la prise en charge communautaire de la mère et du nouveau-né. Cet atelier aura pour but de réunir des décideurs politiques et formateurs de 11 pays pour sensibiliser les décideurs politiques des pays sur la place qu’occupe le nouveau-né dans la survie de la mère et de l’enfant et de la possibilité de faire des interventions efficaces à grande échelle et à moindre coût; renforcer la capacité des 11 pays à mieux adresser la prise en charge communautaire de la mère et du nouveau-né par la formation de formateurs qui vont assurer des formations nationales; faire un plan d’action pour l’adoption et la mise en œuvre de programme communautaire pour la survie de la mère et du nouveau-né dans le cadre du continuum des soins dans 11 pays.
La cérémonie d’ouverture est placée sous la présidence du ministre de la santé, Oumar Ibrahim Touré.

LOGEMENTS SOCIAUX

La SEMA-SA cherche 5 milliards Fcfa


Première entreprise malienne non bancaire à être cotée à la Bourse Régionale des valeurs Mobilières d’Abidjan, depuis le 11 février 2008, la SEMA-SA a émis des coupons d’emprunt au taux de 6,85% sur la période 2007-2012, pour engendrer 5 milliards de Fcfa pour financer de grands chantiers dont des logements sociaux au compte de l’Etat.

La SEMA-SA a bien fait d’intégrer cette bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) qui donne des envies. Fin 2007, le montant des transactions enregistré a dépassé celui de 2006 avec 88 milliards de FCFA, et 10 emprunts obligataires admis pour une valeur globale de 202 milliards de francs CFA.

En termes indiciaires, elle a affiché les niveaux les plus élevés : 199,45 points pour l’indice BRVM composite, et 224,85 points pour le BRVM 10 (les dix meilleures cotations) avec plus de 75% de hausse au cours de l’année 2007. Cette performance du marché boursier sous-régional a été tirée essentiellement par les activités des trois derniers trimestres de l’année bien que qu’aucune nouvelle introduction de société à la cote n’ait été réalisée sur la période.


STAR ET HOMME D’AFFAIRES

Youssou Ndour crée une société de micro crédit


Parti de rien pour devenir une star internationale et un grand homme d’affaires, le chanteur sénégalais Youssou Ndour vient de lancer sa société de micro crédit appelée « Birima », du nom de ce titre fétiche avec lequel il a fait danser plusieurs générations de mélomanes.

Patron de presse, chef d’une fondation caritative, militant de la lutte contre le paludisme, le sida, l’émigration clandestine, et tutti quanti, voici maintenant Youssou Ndour « banquier pour pauvres » à travers Birima, qui pèse d’emblée 200 millions FCFA.

21 février 2008.