Partager

Charité

Un compatriote au secours du petit Amadou

L’article paru dans L’Aube n° 74 du jeudi 19 juin 2008 intitulé « Amadou, l’enfant mendiant de Dibida : « C’est quoi cette journée », a provoqué de nombreuses réactions de nos compatriotes de l’intérieur et de l’extérieur.

En effet, les conditions de cet enfant mendiant âgé de 8 ans ont ému de nombreuses personnes qui ont réagi en nous joignant au téléphone ou sur le net.
Parmi eux, un compatriote installé à Paris. Ce Malien s’est dit très touché par la situation du petit Amadou Goïta.

Il se propose très prochainement de venir à Bamako pour secourir l’enfant. Aussi, notre compatriote se propose même de le prendre en charge et de lui offrir des opportunités pouvant lui assurer un avenir certain. Voilà un geste du cœur !


Crise de Kidal

Préparatifs pour Tamanrasset

Annoncée depuis quelques jours, la rencontre entre représentants de l’Etat et ceux des bandes armées, prévue à Tamanrasset (Algérie), se prépare des deux côtés.

En effet, le ministère de l’Administration territoriale et des collectivités locales abrite d’incessantes réunions préparatoires en vue de peaufiner les points de vue de l’Etat. Outre le ministre de l’Administration territoriale, des cadres du département sont mobilisés pour préparer la rencontre.

Aussi, le président du comité de suivi de l’Accord d’Alger, l’inspecteur général de police, Mahamadou Diagouraga, est à Bamako, depuis quelques jours. Il joue un rôle important dans les préparatifs et sera un des acteurs clés de la prochaine rencontre. Diagouraga a, en effet, abattu un travail considérable à Kidal, depuis la signature de l’Accord d’Alger.

Ce qui lui a valu d’établir des relations de confiance entre les différents acteurs.
De leur côté, les bandits arrivent en Algérie par groupe. Pendant que certains y sont déjà, d’autres sont attendus dans les jours à venir.

Cette nouvelle rencontre, si elle a lieu, n’ouvrira pas de nouvelles discussions, apprend-on de sources officielles. Il sera essentiellement question d’amener les groupes dissidents à revenir à l’Accord d’Alger sur lequel, aucune concession ne sera faite aux bandits et à leurs commanditaires.

Media

ATT invite de Al-Jazahira

En fin de semaine dernière, une équipe de la chaîne de télévision Al-Jazahira était à Bamako, dans le cadre d’un reportage sur le Mali. A l’occasion, le président Amadou Toumani Touré, a été choisi pour être l’invité de cette célèbre chaîne de télévision. Comme on peut l’imaginer, la situation au nord a dominé les débats entre ATT et les journalistes de Al-Jazahira.

Occasion pour le chef de l’état d’évoquer tous les efforts entrepris par lui-même et les autorités maliennes, en vue d’éviter une guerre intérieure au Mali.
De l’attaque de Kidal à la signature de l’Accord d’Alger, ainsi que la nouvelle situation créée par le bandit Ibrahim Ag Bahanga, le président Touré a fait la genèse du problème au nord-est de Kidal.

Kidal

L’accalmie sur le terrain

Depuis la destruction de la base de Tin-Assalak, les bandits, sans les ordres du criminel Bahanga se sont évanouis dans la nature. En effet, un calme plat semble régner sur le terrain dans tout le secteur de Kidal. L’Armée continue, pour sa part, ses opérations de ratissage, sans croiser les bandits, dont beaucoup d’éléments ont déserté pour chercher refuge au-delà de nos frontières.

Manquant de vivres, les quelques uns encore retranchés dans les montagnes, chercheraient à s’approvisionner dans des localités frontalières algériennes, avec la complicité de certains contacts, notamment des contrebandiers très actifs dans la zone frontalière entre les deux pays.


L’Aube du

23 Juin 2008