Partager

De plus en plus, on constate que le prix du riz, a
pris de l’envol. Ce phénomène est inquiétant. En la
matière, le président de la Chambre de Commerce et
d’Industrie du Mali pense qu’aucun effort ne sera de
trop pour sortir notre pays de cette situation
difficile.

Selon Jeamille Bittar que nous avons
rencontré, si les gros importateurs ont répondu à
l’appel du gouvernement, il n’en demeure pas moins que
chacun devrait faire de son mieux pour soulager les
opérateurs économiques, car il s’agit d’une démarche
patriotique.

Ce sont de vrais patriotes qu’on a
besoin en période de crise
” a-t-il précisé. Pour lui,
notre pays a été victime des crises ivoirienne,
acridienne, et d’un déficit pluviométrique.

Les
opérateurs ont fait des efforts pour maintenir les
produits à bon coût sur le marché. C’est pourquoi il
demande à ces derniers de se surpasser, et à l’Etat,
de poursuivre des efforts supplémentaires afin que
chaque Malien puisse manger à sa faim. Qu’en est-il du
carburant?

Concernant ce produit, le prix à la pompe augmente
chaque jour. Par rapport au cas du Mali, un pays
enclavé sans pétrole, le président de la CCIM avoue
que les transporteurs font des efforts, lesquels
doivent être soutenus par des opérateurs.

Si chacun
fait de son mieux, le Mali peut sortir de cette zone
de turbulence
” a dit Jeamille Bittar président de la
CCIM. Cela est d’autant plus vrai que nous sommes à
quelques jours de la rentrée scolaire et surtout du
carème.

C’est la raison pour laquelle Bittar a dit que
les opérateurs ne doivent pas attendre que le
gouvernement se prononce sur cette question et prenne
des dispositions en la matière.

Les opérateurs
économiques doivent être vigilants pour que les
Maliens ne souffrent pas
” , a-t-il déclaré, avant
d’ajouter que le carème est un mois béni et qu’ils ne
doivent plus faire le sapeur-pompier.

La solution, selon Jeamille Bittar, c’est se préparer
avant les échéances. Il a indiqué que le Mali a 40 ans
d’indépendance et que tout doit être préparé afin de
prendre des dispositions en période normale. C’est
dans ce cadre qu’une concertation est en vue avec le
gouvernement.

Issiaka SIDIBE

07 septembre 2005.