Partager

Aujourd’hui, rien n’échappe à l’augmentation anarchique des prix
au Mali. Après les commerçants, les bouchers, les boulangers…,
c’est le tour aux blanchisseurs d’augmenter leurs prix. Qu’est-ce
qui justifie alors cette décision?

Dans un document date du 06 décembre 2007, les blanchisseurs du
District de Bamako porte à la connaissance des clients que les
prix ont changé. Cette décision concerne également les
blanchisseurs de toutes les régions du pays.

Ainsi, les nouveaux prix sont les suivants : grand boubou : 300 F
CFA ; trois pièces boubou : 250 FCFA ; boubou deux pièces : 200
FCFA ; demi boubou : 150 FCFA ; pantalon et chemise : 150 FCFA ;
trois pièces pour femme : 150 FCFA ; jupe complet : 150 FCFA ;
robe 100 FCFA ; veste complet : 750 FCFA ; veste simple 500 FCFA ;
drap avec oreillée : 150 FCFA ; drap simple : 100 FCFA ; rideau :
10 FCFA.

Les arguments des blanchisseurs

Cette flambée des prix ne s’explique pas par une augmentation du
prix du fer à repasser, encore moins la facture d’EDM-SA. Pour
justifier la nouvelle mesure, les blanchisseurs avancent un
principal argument. Selon eux, le prix du sac du charbon a
augmenté, car il passe de 500 FCFA à 700 FCFA. A les entendre,
pour la blanchisserie des habits, une qualité spéciale de charbon
est prisée.

Par ailleurs, les blanchisseurs tentent de faire croire que leur
décision fait suite à celle des charbonniers qui ont eux aussi
augmenté leurs prix. Pour expliquer la flambée du prix du sac de
charbon, les charbonniers avancent les tracasseries dont ils font
l’objet de la part des agents de la Conservation de la Nature,
plus connus par le passé sous le nom d’agents des Eaux et Forêts.

Autrement dit, pour couper le bois, en plus du permis délivré par
l’autorité compétente, il faut mouiller la barbe de l’agent sur le
terrain, disent-ils. N’est-ce pas donc que tout le monde est en
train de subir les conséquences d’une corruption qui sévit en
brousse, en tout cas loin de la ville?

Les frais de transports?

Par ailleurs, en plus des charbonniers, l’une des raisons de la
flambée des prix chez les blanchisseurs pourrait être aussi le
coût élevé du transport. Il y a des personnes qui vont acheter du
charbon avec les coupeurs de bois en brousse pour le revendre. Et
pour acheminer le produit à destination, il va sans dire que les
revendeurs sont obligés de mettre la main à la poche. Puisque le
transporteur sait aussi qu’il n’est pas à l’abri de tracasseries
routières.

En tout cas, le contrôle existe et une contravention est vite
imposée par un agent en tenue à la vue du véhicule chargé. Le plus
souvent le Trésor public ignore qu’un transporteur verbalisé a
payé à l’agent de l’Etat la contravention ou l’infraction. _ Les
Maliens vont-ils continuer à subir cette augmentation tous azimuts
des prix?

Après les blanchisseurs à qui le tour?

Oumar SIDIBE

21 février 2008.