Partager

jpg_milier.jpg
Cette unité qui sera installée à Samanko dans la périphérie de la capitale s’inscrit dans le cadre d’une volonté affichée par le chef de l’État, Amadou Toumani Touré de répondre aux difficultés de mécanisation de notre agriculture conformément à la loi d’orientation agricole.

Mali Tracteurs-Sa est une société mixte détenue à 51% par Engelique international LTD et le reste par le gouvernement du Mali. Elle a une capacité de production de 50 tracteurs par mois.

Le ministre Abou-Bakar Traoré a souligné l’importance que le gouvernement accorde à cette usine qui permettra, grâce à la technologie indienne adaptée à notre pays, de faciliter l’accès des machines à nos paysans. Le département des Finances et le ministère de l’Agriculture sont en réflexion pour déterminer le schéma de distribution des machines par l’entremise de commerçants qui, à leur tour, les céderont aux producteurs à des prix abordables, a expliqué Abou-Bakar Traoré.

La deuxième convention a été signée par le ministre et le président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), Abdoulaye Bio-Tchiané. Elle porte sur un accord de prêt à travers lequel la BOAD met à la disposition de notre pays un montant de 1,6 milliard de Fcfa pour le financement du plan national de réponses aux difficultés alimentaires 2008.

Ce plan élaboré par le gouvernement vise à atténuer les effets de la flambée des prix des produits agricoles sur nos populations. Il permet d’améliorer l’accessibilité aux produits alimentaires et de renforcer les stocks dans les communes déficitaires.

Il comprend cinq composantes : la réhabilitation et le renforcement des infrastructures hydrauliques agricoles, l’appui à la mise en valeur, l’amélioration de l’accessibilité aux produits alimentaires, l’information, la communication et l’éducation et enfin l’organisation et la gestion du plan, a expliqué Abou-Bakar Traoré.

Le ministre de Finances a salué les responsables de la BOAD tout en révélant que le présent accord représente la première phase du financement du plan national de réponses aux difficultés alimentaires 2008 dont le coût total est estimé à un peu plus de 18 milliards de Fcfa.

Abdoulaye Bio-Tchiané a expliqué que l’appui de la BOAD s’inscrit dans le cadre de l’appel lancé par l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) à ses institutions, afin que ces derniers viennent en aide aux pays confrontés à la flambée des prix des produits de première nécessité.


Be COULIBALY

26 Septembre 2008