Partager

Quasiment assurés de terminer champions de la saison, les Rouges de Bamako sont décidés à remporter la 48ème édition de la coupe du Mali de football et obtenir du coup le 4ème doublé de leur histoire.

Pour ce faire, ils devront au moins reproduire la même concentration et le même engagement qui font d’eux l’équipe la plus compétitive du moment. Face au COB de Bamako, samedi prochain, au stade Modibo Kéita, en présence du chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, la rencontre s’annonce palpitante, l’une et l’autre équipe ayant les moyens de l’emporter.

Mais l’enjeu est différent selon qu’on soit dans un camp ou dans l’autre. Pour le Djoliba, il s’agit de se battre pour remporter sa 18ème coupe du Mali (record national) et son 4ème doublé de son histoire (record égalé).

Dans ce cas, la 2ème place pour les compétitions africaines, reviendra au 2ème du championnat national, certainement le Stade malien de Bamako. Alors que les Olympiens sont à pied d’œuvre pour remporter leur 3è coupe du Mali, après celles arrachées au Stade malien en 2000 et 2002 et la finale perdue en 1974 face au Djoliba. S’il gagne, le COB ira en coupe CAF l’année prochaine.

Ce sera donc un face à face entre deux équipes qui pratiquent actuellement un jeu presque identique depuis que l’ancien entraineur du COB, Alou Badra Diallo a pris les rênes du Djoliba. Mais sur le plan des individualités, les Rouges sont largement plus fournis.

En plus de Bréhimablen Traoré, le vieux routier et buteur, ils peuvent compter sur Nouhoum Kobina, Yahaya Coulibaly, Amadou Sidibé, Oumar Ségamady Kanté, Lassana Fané, Lamine Diawara et Amadou Sidibé qui sont tous capables de faire la différence.

A l’inverse, l’équipe de l’entraîneur Adama Traoré « Boxeur » respire surtout par la forme d’Amadou Diamouténé qui a largement gagné en maturité. Aussi, le COB constitue un groupe homogène bien orienté par le maestro Mahamadou Mariko qui a le don de stimuler le jeu pratiqué par les Mahmoud Fall, Moussa Tigana et Ousmane Cissé. Dans un grand jour, les Verts sont capables d’un exploit. Donc, malgré la force de frappe des Rouges, la finale est loin d’être jouée d’avance.

S DIALLO

21 Aout 2008