Partager


La finale de la 1re édition de « Case Sanga » aura lieu cet après-midi au Palais de la culture. Un duel entre Paméla Badjéogo et Mamadou Dembélé alias Dabara qui tiendra certainement toutes ses promesses.

L’émission de télé-réalité « Case Sanga » livrera aujourd’hui son verdict final en couronnant soit Paméla soit Mamadou Dembélé dit Dabara. Ces deux derniers sont les heureux lauréats, qui auront à cœur de rentrer dans l’histoire de « Case Sanga » en décrochant une première consécration.

Vivant dans une atmosphère conviviale dans leur résidence, Paméla Badjéogo et Mamadou Dembélé dit Dabara affichent confiance et sérénité avant le rendez-vous tant attendu par les mélomanes.
« Je suis confiante même si Case Sanga est un jeu plein de surprises. Je vais faire de mon mieux en mettant le paquet dans cette finale », affirme Paméla, titulaire d’une licence en biochimie.

Tout en reconnaissant les qualités de sa concurrente, dont il aime d’ailleurs la musique, Dabara se dit « optimiste » et promet « de montrer de nouvelles choses aux Maliens ».
Pour triompher, le natif de Fani dans l’arrondissement de Yangasso à Bla (22 ans) compte sur sa « créativité et l’aide de Dieu » alors que la Gabonaise de 24 ans s’en tient à ses prestations sur scène, son atout selon elle. « Je suis sûre que je peux assurer sur scène », assure-t-elle.

Point commun : les deux lauréats comptent sur une présence massive du public pour les soutenir. « Je remercie le public du fait qu’il m’a acceptée. En réponse à son amour et à son soutien, je vais essayer de donner le meilleur de moi-même pour lui faire plaisir. J’espère que les gens sortiront nombreux », affirme Paméla. Même son de cloche chez Dabara : « Que le public me soutienne ! Qu’il se rassure que je suis un bon chanteur et que je chanterai comme il le veut ».

Cependant, au départ, les finalistes ne s’attendaient pas à faire un si bon chemin dans la mesure où « tous les lauréats sont talentueux ». Paméla n’avait même pas espéré de telles « performances en musique mandingue ».
Mais, Case Sanga leur a donné un véritable coup de pouce dans leurs prestations musicales et dans leurs relations humaines.

Dabara confie que « Case Sanga m’a permis d’être connu par les Maliens et surtout d’améliorer mes prestations musicales grâce aux cours de danse et d’occupation scénique dont nous avons bénéficié ».

Quant à Paméla, elle se félicite d’avoir « appris à vivre en communauté, à parler le bambara et à améliorer sa présence scénique. Je suis notamment contente d’avoir connu de très grandes personnalités comme la première Dame, Mme Touré Lobbo Traoré, Habib Koité et d’autres sans oublier le fait que je suis devenue populaire ».

Qui de Paméla Badjéogo ou de Mamadou Dembélé « Dabara » décrochera le palme d’or de cette édition initiale de « Case Sanga » ? On ne saurait le dire tant la bataille sera rude.

Pour l’heure, ce qui est sûr, c’est que les nominés promettent que le spectacle sera au rendez-vous et invitent les mélomanes à les accompagner massivement.

La finale sera mise à profit pour présenter l’album « Case Sanga » par ses huit derniers lauréats.

Ogopémo Ouologuem

Ramata Kéita
(stagiaire)

07 septembre 2007.