Partager

Débutée depuis le 20 Janvier, la CAN 2008 tenue au Ghana a clos ses portes le 10 Février 2008, au stade Ohene Djan d’Accra, avec la finale qui a opposé l’Egypte au Cameroun. Au finish, ce sont les Pharaons d’Egypte qui ont confirmé leur suprématie, tant sur l’équipe camerounaise qu’au niveau du football africain.

En effet, lors de leur première confrontation, lors du tournoi de Kumasi, le 22 Janvier dernier, les Egyptiens avaient laminé les Lions du Cameroun par 4 à 2. Rappelons aussi que, lors de la finale de la CAN 1986 au Caire, les partenaires du légendaire gardien de but, Thomas N’Kono, avaient été battus par tirs au but, après 120 minutes de jeu (0-0).

En remportant cette 26eme édition, les Pharaons viennent, pour la deuxième fois de leur histoire, de réaliser un exploit, après ceux de 1957 et 1959. Du coup, l’Egypte dépasse les performances du Ghana qui a réalisé aussi un doublé une seule fois, c’est-à-dire en 1963 et 1965. Cette performance permet aux partenaires d’Ahmed Hassan de remporter, pour la 6eme fois, le trophée continental le plus huppé de la CAF.

Au regard du parcours des Pharaons, on peut dire, sans risque de se tromper, que la logique a été respectée, tant les Egyptiens ont survolé la compétition, avec 5 victoires,1 nul, 15 buts marqués et 5 buts encaissés.
Aussi, les observateurs sportifs présents à la CAN ont été unanimes à convenir que c’est l’équipe la plus complète. Techniquement et physiquement, les Pharaons étaient au dessus du lot, comparés à leurs adversaires.

Mais on retiendra aussi que dans l’histoire du foot africain, le même scenario s’est produit lors de la CAN 1990 jouée en Algérie. En effet, lors du premier match de leur Poule, l’Algérie et le Nigéria se sont affrontés. Et le duel s’est soldé par une victoire algérienne sur le Nigéria : 5 à 1. Les deux équipes se sont ensuite retrouvées en finale, et la victoire est encore revenue à l’Algérie:1à 0, sur les Green Eagles du Nigéria.

Cette consécration égyptienne n’est pas une surprise, quand on sait que le pays détient les meilleurs clubs africains où évoluent les deux tiers de ses joueurs. Cela explique sans doute que l’entraîneur national soit aussi natif du pays.

Il est à noter que cette CAN 2008 représentait une opportunité, pour les Lions Indomptables du Cameroun, d’égaler le record du nombre de coupes détenues par l’Egypte. Mais malheureusement, ils étaient tombés sur plus forts qu’eux.

L’Egypte remporte ainsi son 6eme trophée en 2008, après ceux de 1957, 1959, 1986, 1998 et 2006. Le Cameroun l’a suivie, en l’emportant 4 fois (1984-1988-2000-2002). Ensuite viennent le Ghana : 4 fois (1963, 1965, 1978, et 1982), le Nigeria : 2 fois (1980 et1994), la RD Congo : 2 fois (1968 et 1974).

Quant aux autres vainqueurs des CAN, ils n’ont obtenu, chacune, qu’une seule Coupe dans leur escarcelle. Il s’agit du Soudan en 1970, de l’Ethiopie en 1962, du Congo Brazza en 1972, du Maroc en 1976, de l’Algérie en 1990, de la Côte d’Ivoire en 1992, de l’Afrique du Sud en 1996, et de la Tunisie en 2004.

Suite à une assemblée générale de la CAF, il a été décidé que les prochaines phases finales se dérouleront en Angola en 2010, en Guinée Equatoriale-Gabon en 2012, et en Libye en 2014. Ainsi, c’est la deuxième fois (en 2012) que la CAN est co-organisée par deux pays, après la CAN 2000 au Ghana et au Nigéria.

Au cours de cette phase finale, 99 buts ont été marqués, soit 3,09 buts par match. Le meilleur buteur du tournoi est le Camerounais Samuel Eto’o fils, avec 5 buts marqués. Du coup, avec 16 buts contre 14, il bat le record du meilleur buteur en CAN, qui était détenu jusque-là par l’Ivoirien Laurent Pokou.

Le meilleur joueur de la CAN est Hosni A. Drabo de l’Egypte. Parmi les 4 Poules, c’est la Poule C qui a marqué plus de buts, avec 23 buts au compteur. Ce qui explique que les deux équipes issues de cette Poule aient joué la finale.

De notre point de vue, la principale révélation de cette CAN 2008 est le joueur angolais, Manucho, qui a été récemment transféré à Manchester United (Angleterre). Et justement c’est l’Angola qui abritera la CAN 2010. Aussi, à la fin de la cérémonie de remise de la Coupe, ce pays a reçu le flambeau des mains du président du Comité d’organisation de la CAN.

Sadou BOCOUM

Soir de Bamako du 12 février 2008.