Partager


Aux termes du Forum national sur l’éducation dimanche en début de soirée, le Premier ministre Modibo Sidibé a pris l’engagement de veiller personnellement sur les recommandations du Forum pour sa mise en œuvre. Les participants attendent de voir.

« C’est en toute solennité qu’au nom du président de la République et du gouvernement, je prends acte de la déclaration du Forum et de la même manière, je prends l’engagement que ce forum ne sera pas un énième Forum sur l’éducation » . C’est en ces termes que le Premier ministre s’est engagé lors de la cérémonie de clôture du Forum national sur l’éducation.

Le chef du gouvernement ne s’est pas arrêté là. Il a promis que « dans les prochaines semaines, je prendrai les dispositions nécessaires pour mettre en place un mécanisme pour assurer le suivi du Forum. Placé sous mon autorité, ce mécanisme adoptera une démarche participative ».

Un constat sans complaisance de notre système éducatif a permis d’appréhender les causes profondes de la crise scolaire dans toutes ses dimensions et complexités. Pour prendre la mesure de cette crise et proposer des solutions permettant de construire un système éducatif à la dimension de notre ambition, le Forum a été organisé avec l’ensemble des sensibilités et forces vives de la nation.

En vue de dégager une vision partagée de la mission de notre école face à l’avenir, le Forum a formulé plusieurs recommandations. L’engament du PM de prendre à bras-le-corps ces recommandations a mis la puce à l’oreille des participants qui pensent que le mieux est de voir les actes concrets. Mme Sandine, une représentante des partenaires de l’école malienne au Forum dira qu’après cette promesse, « on attend maintenant les actes concrets ».

« C’est la première fois qu’un Premier ministre s’engage au terme d’un forum. C’est un témoignage suffisant pour que personne ne tente de tricher » , a ajouté le Pr. Younouss Hamèye Dicko, ancien ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique sous le régime du président Alpha Oumar Konaré, participant.

Pour Abdoul Mallé, le secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement supérieur (Snesup), « l’engagement du Premier ministre s’inscrit dans une logique des faits. Après ce travail gigantesque, il était tout à fait logique que le gouvernement rassure les participants à travers une telle déclaration. Le Premier ministre dit qu’il mettra en place dans les semaines à venir un comité de suivi. Comme les Anglais le disent wait and see. Je lance à l’endroit du collectif des syndicats d’enseignants un appel à la vigilance et au resserrement des rangs ».

Sidiki Doumbia

04 Novembre 2008