Partager

S’inscrivant dans le cadre des recommandations faites par le président ATT lors de la visite en 2005 du secrétaire général de l’OCI, le Forum sur le développement des industries alimentaires en Afrique visait à créer les conditions d’une croissance économique forte et soutenue des pays africains de la Oummah Islamique, à travers la valorisation des matières premières locales. Cette croissance qui passe par les productions agricoles et une forte implication du secteur privé, devra contribuer à atteinte les Objectifs du millénaire pour le développement.

Pendant trois jours, les 415 participants dont 80 venus de l’extérieur ont discuté des thèmes comme l’environnement des investissements dans les PME-PMI, la valorisation des ressources naturelles, le financement des investissements, le développement de l’entreprenariat et la promotion des agro-industries. Au-delà des différentes plénières, des espaces de forum étaient organisés dans la salle de banquet du CICB pour mettre en contact direct les promoteurs de projet, les partenaires financiers et les banques de la place. Une exposition des produits et des projets et programmes d’appui aux initiatives de développement était organisée sur l’esplanade du Centre. Au bout du compte les participants au Forum de Bamako ont formulé des recommandations pertinentes tendant à soutenir le développement de la production agricole et à favoriser la transformation locale dans les pays, notamment africains membres de la Oummah islamique. (voire les recommandations en encadré).

Les 76 contacts d’affaires noués ont été faits autour des projets relatifs, entre autres, à la transformation et à la commercialisation des fruits et légumes, des produits agricoles et maraîchers, au conditionnement des fruits, à la production d’aliments bétail, à la transformation des céréales, à la création d’unités de formation professionnelle…

Le Forum de Bamako, comme l’ont rappelé à l’ouverture le ministre de l’Economie, les représentants de la BID, Abderrahman El Glaooui et de l’OCI, Cheick Tidiane Sow, s’est tenu à un moment où le continent africain est confronté à la crise alimentaire avec la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité. Une situation qui a touché les pays de la Oummah islamique dont 13 comptent parmi les plus vulnérables. Ainsi, pour faire face à cette situation, il s’agit pour les pays de la Oummah islamique de rendre l’agriculture performante et compétitive, développer l’agro-industrie et promouvoir les investissements productifs. Toutes choses qui passe par la mise en place d’un partenariat fécond et d’une solidarité agissante entre les pays de la Oummah islamique.

Youssouf CAMARA

02 mars 2009