Partager


Des milliers de jeunes diplômés qui trouvaient leur compte dans le contrat de volontariat de l’Apej sont menacés de chômage. Le gouvernement Modibo Sidibé refuse de renouveler leurs contrats.

« L’information, générale sur le volontariat de l’Apej », était le thème de la conférence débats animée le 23 mars par la Commission ad hoc (Adide-Apej-CNJ) pour l’insertion des jeunes volontaires de l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (Apej). Cette conférence avait pour objectif principal, d’informer les jeunes volontaires sur l’état des négociations sur une éventuelle reconduction de leur contrat de volontariat.

En effet, celui-ci expire en juin 2008 et pour des raisons budgétaires, le Premier ministre Modibo Sidibé, aux dires du président de l’Association des volontaires de l’Apej, Mamadou Dionssan, aurait signifié que « l’Etat n’était pas en mesure de reconduire les contrats ». Pourtant, ont expliqué les conférenciers, l’apport des volontaires de l’Apej a été toujours et demeure salutaire pour les services publics par ce que les volontaires comblent le déficit en personnel.

Au cours des échanges, les volontaires se sont dit surpris par cette volonté du gouvernement Modibo Sidibé de ne pas reconduire le contrat des volontaires alors que des garanties leur avaient été données par l’ancienne équipe gouvernementale dirigée par Ousmane Issoufi Maiga.


Instabilité sociale

Pour la commission ad hoc, la rupture du contrat des volontaires est synonyme d’un renvoi de millier de jeunes dans la rue, « or, nous ne voulons plus rester à ne rien faire », « nous voulons que l’Etat nous aide soit en nous donnant la possibilité d’être des conventionnaires ou des contractuels au sein des services publics ou encore en promouvant l’auto-emploi », ont plaidé les membres de la commission.

« Nous avons entrepris des démarches auprès des notables, de l’AMDH, de l’Assemblée nationale pour leur exposer nos doléances afin qu’ils intercèdent auprès des autorités », ont poursuivi les membres de la commission qui craignent une instabilité sociale après le renvoi dans la rue de ces milliers de jeunes.

Aux termes des débats, les volontaires de l’Apej, ont recommandé la poursuite d’un dialogue franc avec les autorités et le président. Ils n’ont pas tari d’éloges en l’endroit du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. « Il ne nous fuit pas et nous reçoit toujours dès que nous le sollicitons », a déclaré Mamadou Dionssan.

Environ 2000 volontaires de l’Apej, toutes catégories professionnelles et diplômes confondus, exercent dans les services publics. Le Programme de volontariat a démarré en 2005 sur la base d’un contrat d’un an renouvelable une seule fois. Mais la clause n’a pas été respectée par l’Etat violant ainsi le code du travail.

Toutefois, les volontaires assurent ne point réclamer un droit si ce n’est celui du droit à un travail. Le volontariat avait pour également pour principal objectif de donner la possibilité aux jeunes d’acquérir de l’expérience. Beaucoup de jeunes par manque d’expérience se voient fermer les portes d’accès à des concours de recrutements professionnels. Mais, il ne devrait pas être une solution au problème de chômage des jeunes.

Denis Koné

27 mars 2008.