Partager

Les combats entre l’armée et des mutins ex-rebelles qui avaient repris dans la nuit de samedi dans l’un des fiefs des dissidents, dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, ont pris fin dimanche dans la soirée, a-t-on appris auprès des mutins. « Les combats ont cessé à 18h00 (16h00 GMT). Malheureusement, ils ont bombardé leurs collègues militaires et des civils à une dizaine de kilomètres de Mbuzi », a affirmé en début de soirée le porte-parole des mutins du Mouvement du 23 mars (M23), le lieutenant-colonel Vianney Kazarama. Dans la matinée, le lieutenant-colonel avait déclaré à l’AFP que les combats avaient repris dans la nuit de samedi à dimanche. « Des hélicoptères ont bombardé. L’ennemi utilise aussi des chars et d’autres armes lourdes. Mais nous contrôlons toujours Mbuzi. Si l’armée dit le contraire, c’est faux! », a déclaré à l’AFP le porte-parole, alors que l’on pouvait entendre des tirs d’armes légères s’intensifier autour de lui. Samedi, des hélicoptères et des chars avaient déjà bombardé la zone de Mbuzi, sans pouvoir déloger les mutins issus de l’ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrée dans l’armée en 2009 après des accords de paix avec Kinshasa. Les mutins réclament la pleine application des accords de 2009. Ils dénoncent notamment des problèmes de salaires, de nourriture, d’obtention de grades et de fonctions – des problèmes fréquents dans l’armée. AFP