Partager

Entre les Grands Moulins du Mali et ses partenaires traditionnels à savoir les Boulangers du Mali, c’est désormais la guerre.

En effet, après avoir obligé les Grands Moulins du Mali à retirer de la consommation un lot important de sacs de farines impropres à la consommation, les boulangers du Mali regroupés au sein de la Commission contrôle qualité des farines boulangères (CCQFB) ne veulent pas s’arrêter en si bon chemin.

Dans un Communiqué de presse N° 6 daté du 16 février 2006 et signé par le président de ladite Commission, il ressort clairement que «la Commission contrôle qualité des farines Boulangères n’entend pas battre retraite après cet aveu public de la Direction des GMM et vient à l’offensive avec la question d’indemnisation des victimes des préjudices subis par les défauts de poids et de qualité des farines des GMM durant ces dernières années».

En clair, la Commission contrôle qualité est aujourd’hui déterminée à utiliser tous les moyens légaux disponibles pour contraindre la Direction des GMM à indemniser les consommateurs des préjudices subis et à donner au consommateur malien une farine panifiable de qualité et respectant le poids et une campagne de boycott pure et simple des farines GMM n’est pas à exclure pour la circonstance. Une série de recommandations qui pourront êtres adoptées dès le jeudi prochain lors d’une assemblée générale de tous les boulangers prévue ce jour-là.

En plus de ces mesures coercitives, la Commission qualité contrôle des farines boulangères présidée par le Docteur Sory Diallo se propose en outre d’élaborer des recommandations et des propositions en accord avec les principales associations de consommateurs pour prévenir de tels défauts de qualité et de poids des farines boulangères au Mali. La mise en place d’un fonds de garantie qualité des farines boulangères est aussi à l’étude par la CCQFB afin d’indemniser correctement les boulangers des éventuels préjudices subis pour défaut de qualité et de poids.

Voilà entre autres décisions qui seront prises dans les jours à venir par les boulangers du Mali.
Mais en attendant, les Boulangers veulent avoir certaines garanties par rapport au stock de la farine « morte » retiré de la consommation par les GMM. Ils veulent en effet savoir ce que va devenir ce stock de farine « morte » retiré de la consommation par les GMM ?
Comment prévenir à l’avenir de tels mépris pour les consommateurs des GMM que nous sommes ?

Autant de questions qui laissent indifférentes nos hautes autorités qui, curieusement, observent un silence coupable face au désastre du secteur de la boulangerie. Faut-il en effet rappeler que malgré la grande campagne de sensibilisation et de mobilisation de la CCQFB sur la question des Farines GMM impropres à la consommation, on n’a enregistré aucune réaction officielle, encore moins un communiqué quelconque dénonçant les pratiques commerciales douteuses des GMM.

Une société qui n’est pourtant pas à son premier coup. Qui ne se rappelle pas en effet la fameuse affaire dite du « Bromate de Potassium » qui a défrayé la chronique au Mali, il y a quelques années de cela et dont le dossier est toujours pendant devant la justice.

Le Secrétaire Général du Ministère de l’Economie du Commerce et de l’Industrie qui a reçu hier le collectif des boulangers n’a eu autre chose à leur dire que de rejoindre le cadre de concertation de la filière farine. Un cadre qui, il faut le souligner, a été mis en place par les GMM.
Avec cette proposition, peut-on s’attendre à quelque chose de la part de nos autorités ?

Birama Fall

19 Février 2008.