Partager

Depuis un certain temps, les observateurs de la scène politique de notre pays avaient du mal à cerner les vraies intentions du coordonnateur du Groupe des partis solidaires pour les élections de 2012 (GPS-2012). Les masques commencent à tomber.

Tout avait commencé par la revendication d’un fichier approprié pour les élections de cette année. Pour cette cause, du reste noble, des partis politiques avaient accepté de militer au Groupe des partis solidaires pour les élections de 2012 (GPS-2012). Il s’agissait, pour la trentaine de partis politiques, au départ de se battre pour obtenir des élections transparentes et apaisées en 2012.

Cette crédibilité électorale devait passer par la création d’un fichier issu du Recensement administratif à vocation d’état-civil (Ravec). Pour ce combat, ils se sont battus jusqu’à l’ultime moment où objectivement le temps matériel n’était plus là pour permettre la réalisation du fichier biométrique issu du Ravec.

A partir de là, le discours s’est un peu édulcoré. En lieu et place du fichier biométrique, le GPS-2012 s’est contenté d’un fichier consensuel. Le fichier en question requiert l’amélioration du Recensement administratif à caractère électoral (Race 2001). Le gouvernement s’est engagé à le réaliser d’ici la présidentielle d’avril.

Normalement, la mission du GPS, dont les rangs se sont gonflés avec l’arrivée d’autres partis, prenait fin avec l’obtention de cet objectif. Mais, ce ne fut pas le cas, puisque le 7 octobre 2011, le coordonnateur Younouss Hamèye Dicko et les siens décidaient de transformer leur regroupement en une alliance électorale.

A partir de là, le discours va prendre une nouvelle dimension. Younouss Hamèye Dicko, du haut de son trône des 44 formations politiques, va commencer à revendiquer la victoire à la présidentielle 2012. Pour lui, il n’y a aucun doute : le futur président du Mali sortira des entrailles du GPS-2012, dans lequel se trouvent de grosses pointures politiques comme le RPM, l’URD, le Cnid, le MPR, le parti Sadi,la Codem.

Comme on peut le constater, c’est l’Adéma, le parti majoritaire au Mali, et le PDES, 3e force politique, qui manquent à ce regroupement pour faire de lui le pôle victorieux. Il n’empêche que son coordonnateur clame sur tous les toits que le prochain président du Mali sera issu de son groupe.

Faux jeu !

Il va jusqu’à dire que « si le prochain président dela Républiquene sortait pas des rangs du GPS, c’est qu’on aura fraudé ». A en croire Younouss Hamèye Dicko, le GPS-2012 fera tout pour que le futur chef de l’Etat soit de lui, pour permettre la réalisation de l’ensemble de ses objectifs. Et une plateforme d’alliance a même été paraphée le 9 février 2012 au CICB par les 48 partis qui composent actuellement le groupe.

Mais ce qu’il ignore, c’est que des partis politiques inscrits dans ce fameux GPS ne partagent pas forcément les nouvelles ambitions du regroupement, lesquelles semblaient se conjuguer à des fins inavouées. Mieux, des partis constituant le GPS se sont inscrits dans une alliance électorale avec l’Adéma, qui semble être la cible du Pr. Dicko, quand il enseigne que le futur président du Mali sera de son regroupement.

Si les clauses de la plateforme GPS stipulent que « chaque parti peut présenter un candidat au 1er tour de la présidentielle, mais au second tour, les autres partis doivent un soutien obligatoire à celui des candidats du GPS qui sera qualifié », des partis membres du regroupement comme le Parena et le MPR sont aujourd’hui presque acquis à la cause du candidat de l’Adéma, Pr. Dioncounda Traoré, pour le second tour de la présidentielle.

Mais le véritable signe qui a fait vraiment douter des intentions du coordonnateur du GPS a été le dîner offert au regroupement par le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé. L’événement serait ordinaire, si on n’était pas dans la fièvre électorale et que dans le même GPS se trouvent des candidats de poids comme IBK, Mountaga Tall, Housseïni Amion Guindo, etc. Surtout qu’au cours de ce dîner, le discours était courtisan. Sur la question, les récentes indiscrétions indiquent que l’homme serait déjà en tandem avec le candidat de l’URD et serait même déjà dans son équipe de campagne.

Selon des sources concordantes, Pr. Younouss Hamèye Dicko piloterait le groupe thématique « Défense et sécurité » de la coordination de campagne de Soumaïla Cissé, même s’il tente toujours de nier les faits. « Je ne suis pas informé d’un quelconque rôle que je devrais jouer au sein de l’équipe de campagne du candidat Soumaïla Cissé. Le RDS n’a encore signé aucune alliance avec l’URD ».

Joint hier au téléphone, il nous a envoyés promener, arguant qu’il a n’a pas apprécié un de nos précédents articles dans lequel on l’aurait lynché. « Je vaux mieux que l’homme pour lequel vous m’avez insulté », nous a-t-il affirmé.

Abdoulaye Diakité

L’Indicateur du Renouveau du 06 Mars 2012