Partager

Willy Sagnol, ancien international, a été nommé « manager des sélections nationales » et Marcel Desailly, champion du monde 1998, a été nommé « représentant » en Afrique de la Fédération française de football (FFF), a annoncé jeudi le président de l’instance, Noël Le Graët.

« Willy Sagnol, je lui ai demandé de nous rejoindre pour diriger les équipes nationales en tant que manager », a expliqué M. Le Graët, précisant que son domaine de compétence comprendrait toutes les sélections masculines et féminines jusqu’aux Espoirs (les sélections de Laurent Blanc et Bruno Bini ne sont donc pas concernées).

« C’est un gagneur, un amoureux des équipes de France, il sera surtout un oeil nouveau sous ma responsabilité et celle du comité exécutif », a poursuivi le président de la 3F.

La désignation de Sagnol s’accompagne du maintien en poste du directeur technique national François Blaquart, impliqué dans l’affaire des quotas.

« Sa candidature a été plébiscitée par tous les footballs, aussi bien professionnel qu’amateur », a déclaré M. Le Graët, qui avait commandé à Joël Müller un audit sur la DTN.

« J’ai mille fois confiance, je suis très heureux qu’il soit à ce poste. Il a la même responsabilité qu’avant, il faudra discuter davantage, peut-être se voir un peu plus souvent mais il est le patron technique national sans aucune ambiguïté », a ajouté le président de la Fédération.

« Je suis soulagé et conforté par la confiance du président et du comité exécutif », a déclaré M. Blaquart, qui a ajouté que le DTN n’avait de toutes façons « pas le temps de s’occuper des sélections nationales ».

« Pas de cassure » avec l’Afrique

De son côté, l’ancien joueur du Bayern Munich a expliqué qu’il arrivait à la FFF « sans volonté de révolution ».

« Le football est en constante évolution. Nos façons de gérer et de faire évoluer les sélections doivent s’inscrire dans cette évolution. Ce sera fait en étroite collaboration avec le DTN », a-t-il dit pour détailler son rôle.

Marcel Desailly, lui, « sera chargé de la représentation de la Fédération en Afrique, je le vois comme un ambassadeur, mais il n’aime pas ce terme », a déclaré M. Le Graët.

« Il s’agit de donner une image de la France plus généreuse que ces derniers temps et Marcel (sa famille est originaire du Ghana) a été mesuré pendant l’affaire des quotas et des bi-nationaux, et j’ai apprécié cela », a conclu le dirigeant.

« Noël a trouvé la bonne niche pour m’intéresser. Ca existait légèrement mais pas suffisamment », a expliqué Desailly.

« Je vis en Afrique, je connais assez bien l’Afrique. Il s’agit d’abord de reprendre contact avec l’Afrique », a-t-il également déclaré, estimant que l’affaire des quotas n’avait pas eu « d’impact négatif » sur les rapports entre le football français et le football africain.

« Il n’y a pas eu de cassure à ce niveau là », a-t-il assuré.

16:12 – 06/10/11 PARIS (AFP)