Partager

La Cour pénale internationale a décidé vendredi que la Libye pouvait juger l’ancien espion en chef du dictateur déchu Mouammar Kadhafi, Abdallah al-Senoussi, une première historique pour la CPI. C’est la première fois qu’une telle décision est prise par la Cour, qui avait refusé de pareilles demandes de la part du Kenya, notamment. « C’est une décision choquante », qui condamne Senoussi à « une justice de lynchage » et « à une inévitable peine de mort », a estimé son avocat qui a immédiatement annoncé son intention de faire appel. Cette décision ne concerne que l’ancien espion et non le fils de l’ancien dictateur déchu, Seif al-Islam, a souligné la Cour, qui désire toujours que celui-ci soit transféré à La Haye. La CPI a précisé qu’elle pourrait revenir sur sa décision s’il apparaissait que Senoussi ne bénéficiait pas d’un procès équitable.Un tribunal de Tripoli doit décider le 24 octobre s’il va inculper Seif al-Islam, Senoussi et 18 autres hauts responsables de l’ancien régime.Le fils de Kadhafi est toujours aux mains de rebelles dans la ville de Zenten (ouest) et ceux-ci ont jusqu’à présent refusé de le remettre aux autorités.Les associations de défense des droits de l’homme Amnesty International et Human Rights Watch avaient tous deux demandé que Seif al-Islam et Senoussi soient jugés par la CPI.Beau-frère par alliance de l’ancien « Guide de la révolution« , Abdallah al-Senoussi faisait partie du premier cercle et a été l’un des artisans de la répression sanglante contre la rébellion de 2011.AFP.