Partager

La célébration du Ton Bamanan de Kirango Markala, a eu lieu cette année les 21, 22 et 23 juin. Elle n’avait rien à envier aux précédentes de par son programme riche et varié meublé, entre autres, par une conférence-débat sur l’historique et l’évolution du Ton. Une première dont l’objectif vise à redorer le blason des masques et marionnettes authentique d’un village chargé d’histoire.

Victime « d’espionnage et de trafic de toutes sortes« , il y a plus d’une dizaine d’années, le Ton bamanan de Kirango-Markala est en passe de sortir de sa léthargie. Cela grâce à l’implication du député de Markala Boubacar Diarra, alias « Lato » du nom de l’ancien international polonais.

En effet, désigné, président d’honneur du Ton par les anciens du village, l’honorable Boubacar Diarra a réussi à reunir toutes les conditions idoines afin de donner à cette manifestation, veille de plus d’une centaine d’années, toutes ses lettres de noblesse qui lui étaient retirées naguère par le « Festival des masques et marionnettes de Markala« , l’œuvre d’un groupuscule d’individus mus par des considérations mercantiles regroupés au sein d’un soi-disant « Club de Markala« .

Le jeu en valait la chandelle, car il s’agissait d’insuffler une nouvelle dynamique à ce Ton bamanan de Kirango-Markala qui constitue la source d’inspiration de toutes manifestations folkloriques basées sur les masques et marionnettes. Le but étant de faire de la culture, l’un des piliers de l’écotourisme pour l’atteinte des objectifs du développement de la vieille citée ouvrière qu’est Markala.

Le rendez-vous des 21, 22 et 23 juin sur le site du Ton a été une véritable réussite. Pendant trois jours, le village a vibré au rythme de la musique du terroir. D’abord sur le plan de la réjouissance populaire avec les danses traditionnelles propres aux Bamanas avec son cortège de masques et marionnettes imitant les animaux sauvages ou domestiques en action.

Ensuite, à travers une conférence-débat animée par les anciens du village sur l’historique et l’évolution du Ton qui a eu lieu le dimanche 22 juin sur le site du Ton.

A les croire, le Ton bamana de Kirango a été créé, il y a plus de cent ans par Boli Coulibaly dans le but de créer l’entente entre les gens afin de contribuer au développement du village. C’est ainsi que le Ton porte assistance aux nécessiteux à travers le labour, le don des vivres ou encore la construction de leurs maisons.

Selon, nos interlocuteurs, « après les récoltes, chaque famille offrait au Ton un panier de mil en guise de contribution à la manifestation. Et depuis plus de cinquante ans, le Ton ne fait plus de construction de maison ni de labour pour des nécessiteux et a opté pour les cotisations« .

Une cotisation qui ne signifie plus rien au regard de on modeste montant (100 F CFA par personne). Par conséquent, il va falloir trouver d’autres sources de financement pour le Ton. Cela passe inévitablement par l’intensification de la communication afin de faire connaître au monde entier les atouts culturels, touristiques que renferme la vieille citée ouvrière de Markala.

Alassane DIARRA

Envoyé spécial

27 Juin 2008