Partager

Le monde traverse une crise sanitaire sans précédent. En effet, la pandémie du coronavirus a changé les habitudes du monde entier. Conscient qu’un rassemblement massif humain peut contribuer à la propagation du Covid-19, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a renoncé à l’organisation de son défilé traditionnel qu’elle organise le 1er mai de chaque année, Journée internationale des travailleurs. L’annonce a été faite, mardi dernier, à la Bourse de travail par le secrétaire général de la centrale syndicale, Yacouba Katilé, lors d’un point de presse.
Par ailleurs, le secrétaire général de l’UNTM a déclaré que suite à la trêve sociale demandée par le chef de l’État aux syndicats notamment au niveau du front social, l’UNTM a décidé de ne pas déposer un nouveau cahier de doléances sur la table du gouvernement pour cette année. Pour autant, Yacouba Katilé a précisé qu’il était impératif de faire le suivi de la mise en œuvre de l’accord signé avec le gouvernement en janvier 2019.

À ce propos, il a indiqué qu’après une analyse des acquis de 2014, avec une augmentation de la valeur indiciaire, la multiplication par deux du SMIG, la baisse de l’ITS de 8 à 13%, l’augmentation de plus de 100% des allocations familiales, il y a toujours des efforts à faire pour améliorer les conditions des travailleurs. C’est pourquoi, le secrétaire général de la plus grande centrale syndicale du Mali a souhaité que le gouvernement revoit le statut général des fonctionnaires pour, dit-il, mettre fin à la disparité entre les fonctionnaires.

Yacouba Katilé a souligné que l’UNTM a entrepris des démarches pour que ces éléments d’informations soient portés à la connaissance des militants au niveau des structures de base.

En ce qui concerne la pandémie du coronavirus, il a déploré la gestion chaotique du côté des travailleurs de la santé. «Nous avons été saisis par les agents de santé atteints par le coronavirus. Leurs conditions de confinement et de restauration laissent à désirer», a-t-il décrié, avant d’exhorter le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour ne pas arriver au pire. Car, selon lui, c’est le personnel de la santé qui se trouve en première ligne dans la lutte contre cette pandémie.
Le secrétaire général de l’UNTM a toutefois insisté sur le respect des mesures barrières énoncées par les autorités afin de limiter la propagation du Covid-19 dans notre pays.

Abdoul Karim COULIBALY


L’Essor du 30 Avril 2020