Partager

ll y a de cela 25 ans que Maurice Fleuret, directeur national de la musique en France et Jack Lang, ministre français de la Culture, avaient émis l’idée de rendre la musique plus populaire afin de la rendre accessible au plus grand nombre de fans.

Le jour choisi est le 21 juin considéré comme le jour le plus long de l’année. Depuis, la fête de la musique a connu un succès grandissant dans plus d’une centaine de pays.

C’est l’occasion de faire la promotion de jeunes artistes et de découvrir de nouvelles sonorités, tendances musicales et développer les musiques traditionnelles populaires.

Au Mali, depuis quatre ans, la société Bramali célèbre cette fête à travers des manifestations culturelles. De la Rue « Bla bla » à l’Hippodrome, cette fête s’est déplacée, cette année, sur les berges du Fleuve Djoliba au Palais de la Culture, Amadou Hampaté Ba, du 23 au 24 juin dernier.

Le coup d’envoi des activités a été donné par le Chef de Cabinet du ministre de la Culture, Mohamed Ag accompagné, pour la circonstance, de ses proches collaborateurs. Il y avait également des responsables de Bramali et son partenaire Seydoni-Mali.

Le Chef de Cabinet du ministre de la Culture, après avoir souhaité la bienvenue aux invités, a adressé les salutations et les encouragements du ministre Cheick Oumar Sissoko aux organisateurs.

Pour lui, « la fête de la musique est une occasion pour le département de la Culture de se rappeler de tous ces grands artistes qui font la fierté de notre musique à travers les continents. Qu’ils reçoivent tous, l’expression de notre reconnaissance« .

L’un des temps forts de cette cérémonie aura été l’annonce du Prix Radiophonie des Radios du Monde décerné cette année, à notre compatriote, Salif Kéïta, le Domingo de la musique malienne.

Il a reçu ce prix des mains de Abou Diouf, secrétaire général de la Francophonie. Le Chef de Cabinet du ministre de la Culture, Mohamed Ag estime que c’est une autre victoire de la musique malienne.

Ce trophée fait suite à d’autres trophées par les artistes maliens. Parmi lesquels, on peut citer le double prix de Adja Soumano lors de la dernière édition des Koras en Afrique du Sud.

C’est dire que la musique malienne a des beaux jours devant elle.

Alou BADRA HAÏDARA

26 juin 2006.