Partager

deux jours de la fin de la 9ème édition du festival théâtre des réalités, sans risque de se tromper, l’on peut constater qu’elle est en passe de tenir toutes ses promesses. Le bilan.

Démarré le 1er décembre au palais de la culture de Bamako, sur les berges du fleuve Niger, par « la geste des étalons », la 9ème édition du festival théâtre des réalités prendra fin le dimanche 7 décembre 2008, aux Quartiers d’Orange, par un ballet folklorique intitulé « Divinités noires et migrations ». Mais, en attendant cette soirée que les organisateurs souhaitent riche en couleurs et en sons, l’on peut se permettre de faire un bilan de l’édition 2008 du festival théâtre des réalités.

Pour sa 9ème édition, le festival théâtre des réalités initié en 1996 par l’association malienne acte sept, a enregistré la participation de 16 troupes de théâtre et d’une compagnie de danse. Et comme chaque troupe est arrivée au festival avec une pièce, la 9ème édition a enregistré 16 pièces de théâtre, parmi lesquelles, 3 nouvelles créations, 3 reprises et 7 jouées pour la première fois au Mali. Ce sont au total 75 spectacles qui ont été donnés dans trois pays de l’Afrique de l’ouest (Mali, Burkina Faso et Sénégal), en l’espace de 7 jours.

Au Mali, 8 villes qui ont chacune enregistré au moins 4 spectacles : Bamako, Koutiala, Ségou, Sikasso, kita, Siby, Bougouni et Kayes. Et comme en plus de la décentralisation du festival à l’intérieur du Mali, les organisateurs sont dans la logique de la création d’un marché pour le théâtre ouest africain, une ouverture a été faite sur deux pays limitrophes pour recevoir des spectacles: Le Burkina Faso et le Sénégal.

Au Sénégal, les villes de Dakar, Kaolack, Tambacounda et Thiès, ont chacune reçu 4 spectacles. Au Burkina Faso, au moment où Bobo-Dioulasso recevait 6 représentations théâtrales, la ville de Ouagadougou, nouvellement intégrée dans la programmation, se contentait d’une seule.

Aussi, l’origine des troupes théâtrales finit par convaincre les plus sceptiques de la dimension internationale du festival théâtre des réalités. Pour sa 9ème édition, la biennale du théâtre au Mali, a enregistré la participation d’une troupe en provenance de la Côte d’Ivoire.

La « Compagnie Tropic Expression » de la Côte d’Ivoire est arrivée cette année avec la pièce « Allo l’Afrique », une adaptation d’un texte du togolais Rodrigue Norman. La France est présente avec deux pièces : « Maître Harold » de la compagnie deux temps trois mouvements et « El, La pompe d’Afrique », écrit et mis en scène par Nicolas Lambert.

Le Mali qui abrite les manifestions, a trois pièces : La « Mémoire d’une tribu perdue », de la Troupe Sô, « Bandiougou le dernier», de la compagnie fils d’Adam et « Caterpillar » de Hawa Diallo, une coproduction de studio volant, Angers et studio Blonba au Mali. Le Burkina Faso a proposé trois pièces : « La geste des étalon » de Luis Marquès et Amadou Bourou, une coproduction de l’Association œil du Cyclone et de l’écurie du cheval mandingue, « l’os de Mor Lam » de Birago Diop, mise en scène par Issaka Sawadogo et « Ganeya » de Souleymane Koumaré, joué par l’ensemble théâtral Badenya.

Comme pour traduire la cohésion et la solidarité entre les acteurs du secteur du théâtre dans le monde, le festival théâtre des réalités a reçu plusieurs coproductions. Ce sont : « Bloody Niggers » de Dorcy Rugamba, une coproduction du festival de Liège, du théâtre national de la communauté française et du groupov de la Belgique, « L’Echo du pas de l’homme » de Diarétou Keita, coproduit par « Les voix de caméléon » en France et « Acte Sept » au Mali, « Le pays où on fabrique l’argent », un projet théâtral sur la migration entre le Mali et la Suisse et « Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre », coproduit par la compagnie Anopée théâtre et la compagnie Kamaso. En attendant la clôture de la manifestation, telle peut être la moisson de l’édition 2008 du festival théâtre des réalités.

le Républicain du 05 Décembre 2008