Partager


L’ouverture officielle de cette 4ème édition du Festival International de Nyamina a eu lieu hier jeudi 14 décembre 2006 sous la présidence de Son Excellence, M. Amadou Toumani Touré. Dans les faits, l’événement culturel qui a pour thème : “La culture au service du développement” a déjà débuté hier et prendra fin le 17 décembre prochain. La couleur de la fête est déjà annoncée avec l’arrivée de nombreuses délégations venues de l’intérieur du pays et de l’étranger, notamment l’Algérie, le Maroc, la France. Innovation majeure de cette édition : le festival est couplé avec les rencontres cinématographiques de Bamako. Un colloque sera consacré au développement de l’activité cinématographique et audiovisuelle en Afrique de l’Ouest.

En prélude à l’ouverture officielle de la manifestation, le comité d’organisation a lancé hier au Centre International de Conférences de Bamako, la réflexion sur le 7ème art. La rencontre était présidée par le Directeur du festival de Nyamina, Souleymane Cissé. Les participants ont discuté de l’esquisse du complexe cinématographique “Ja So” (La moisson de l’image en bambara).

La réalisation de ce complexe cinématographique dans notre capitale répond à la volonté de l’Union des Créateurs et Entrepreneurs du Cinéma de l’Afrique de l’Ouest- (UCECAO) de mobiliser et de rassembler les énergies des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, les opérateurs socio-économiques et les pouvoirs publics.


L’ENJEU PRINCIPAL

Selon Souleymane Cissé, la moisson de l’image aura comme enjeu principal de fournir à l’ensemble des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel nationaux et internationaux, une plate-forme d’échange, un lieu de rencontre et de documentation sur les métiers du cinéma. Au programme de cette 4ème édition, un éventail d’activité au nombre desquelles des projections de films dont l’un des plus attendus est “Indigènes” de Rachid Bouchared.

Primé lors du dernier Festival de Cames, la projection de ce film qui s’est déroulée la nuit du mercredi 13 décembre a été tout sauf une rencontre. Bien avant le début de la projection, après l’installation des officiels, l’honneur est revenu au président de la République, Son Excellence M. Amadou Toumani Touré de décerner les trois prix de M’Fa Cissé qui a lieu chaque deux ans.

Le premier prix a été décerné à Youssouf Tata Cissé, le 2ème prix à Bakary Kamian, le 3ème prix à Mamadou Kassa Traoré pour leur sacrifice et leur savoir-faire pour la culture en général et le cinéma en particulier. Après cette remise de prix, ce fut un commentaire bref du scénariste sur les différents points du film, M. Olivier Lorelle.


UNE PANNE TECHNIQUE

Après tout cela, la déception de ce nombreux public a été qu’une panne technique est survenue 30 mn avant le début des activités en présence du Chef de l’Etat et de nombreuses délégations venues de pays africains et européens.

Au moment où les gens s’apprêtaient à sortir, il nous a été dit encore de regagner nos places, que tout était rentré dans l’ordre. Le président de la République, Son Excellence Amadou Toumani Touré, malgré toutes ces situations, a été présent pendant plus de 3 heures d’horloge pour accompagner ces cinéastes dans leur fête.

Espérons que la rencontre proprement dite du 14 au 17 décembre à Nyamina, région de Koulikoro, soit une vraie réussite pour faire oublier aux différentes délégations cette déconvenue.

Moussa KONDO (Stagiaire)

15 décembre 2006.