Partager

Sur l’initiative du célèbre joueur de « n’goni », Bassékou Kouyaté, la localité de Garana vibrera du 2 au 4 avril prochain, au rythme du festival international de « Do ».

Cet événement culturel inédit qui est le dernier né des festivals au Mali, est co-crée par Aliou M. Touré de Satarmonde et Bassékou Kouyaté, lui-même. En prélude à ce grand rendez-vous qui se fera du côté de Garana, le village natal de l’initiateur principal, les organisateurs ont rencontré les hommes de média. C’était le jeudi 18 mars dernier, au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba. Cette rencontre qui annonçait le lancement de ce festival, fut combinée à des prestations musicales par des artistes de renom.

Introduisant la conférence de presse, Aliou M Touré dira que l’idée de ce festival vient de Bassékou Kouyaté. Et c’est au cours d’un voyage à Abidjan que les échanges entre eux ont permis de nourrir ensemble la réflexion autour de ce projet. Depuis, ils ont travaillé ensemble pour aboutir à quelque chose de concret.

Pour le directeur de Satarmonde, ces journées seront marquées par des manifestations folkloriques. A cet effet une scène sera installée dans le centre du village de Garana où l’ensemble des 12 villages du « Do », vont montrer leur savoir-faire artistique et artisanal. A ces manifestations folkloriques, s’ajouteront : des workshops et masters class ; des concerts live ; une randonnée touristique sur le fleuve Niger et des expositions et autres activités ludiques sont également prévues. Le festival permettra aussi de stimuler l’économie à la culture.

Prenant la parole Bassékou Kouyaté s’est dit très fier d’avoir contribué à la concrétisation de ce festival dont la première édition se tient cette année. Selon lui, son rêve est devenu aujourd’hui une réalité. Il pense que, par cet événement culturel, il pourrait contribuer à mieux faire connaître cette localité légendaire du Mali. Poursuivant, l’artiste joueur de l’instrument « n’goni » a laissé entendre que toutes notabilités du cercle de Baraouli ont été mises en contribution pour la réussite de cet événement.

Bassékou Kouyaté a regretté pour le retard pris de la tenue de ce festival. Selon lui, cela est dû au blocage intervenu dans les préparatifs. Parlant du coté mystère de cette localité, Bassékou Kouyaté dira qu’à chaque 40 ans, une célébrité est née dans cette aire géographique dite « Do ». Il a ensuite demandé de s’unir pour relever les défis de ce pays.

Quant à l’écrivain historien, Bakary Diarra, il a centré son intervention sur les épisodes historiques qui ont fait la gloire de cette localité.  Selon lui, « Do » encore appelé « Dodugu » est le berceau des empires médiévaux du Mali.

Bakary Diarra qui est retenu pour ces trois journées de festival, sera accompagné par d’autres chercheurs de renommée pour animer des séminaires, des conférences débats, voire des veillées pour raconter l’histoire de « Do » aux festivaliers.

A signaler que, rien n’a échappé aux organisateurs. Pour le volet sécuritaire, 200 éléments de maintien d’ordre seront mobilisés pour assurer la sécurité des aller et retour des festivaliers.

Diakalia M Dembélé

Source: Le 22 Septembre