Partager

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale des femmes, la 69è édition du club de la presse de radio klédu en partenariat l’union européenne a organisé un débat sur femme et élection, le samedi dernier. La rencontre était animée par des femmes leaders.

L’objectif de cette rencontre était de faire appel aux femmes leaders pour débattre du thème « femme et élection » et inciter les femmes à se présenter aux postes électifs lors des élections générales de 2012.

La présidente de l’APDF, Mme Fatoumata Siré Diakité, a fait un exposé sur la situation des droits de la femme au Mali. Elle a fait l’historique de la constitution de la 3è République qui a été adoptée le 25 février 1992. Cette constitution est allée plus loin dans son préambule, dit-elle, car elle stipule que le peuple malien s’engage à défendre les droits de la femme et de l’enfant.

Pour Fatoumata Siré, le Mali a des textes juridiques internes qui donnent des droits à la femme malienne. Ces textes sont, entre autres, le code du mariage et de la tutelle, le code de la nationalité qui était à l’époque discriminatoire à l’égard de la femme. Le deuxième exposé a été celui de la présidente de Wildaf, Bouaré Bintou Founé Samaké sur « femmes et citoyenneté ». Pour elle, sans femme, il n’aura pas de développement.

Quant à la candidate de la présidentielle de 2012, Mme Sidibé Aminata Diallo du Redd (Rassemblement pour l’éducation, l’environnement et au développement durable), elle s’est penchée sur « la femme et vie politique ». Elle a indiqué que la célébration du 8 mars doit être une journée de réflexion.

Elle se dit déçue lors de la présidentielle 2007 car n’ayant pas eu le soutien de ses sœurs. « La femme n’est pas ennemie de la femme, mais tout simplement qu‘elles ne se sont pas comprises ». Pour elle, l’accès à des postes de décision est une conquête qu’il faut mener car les hommes sont bien installés. Elle a par ailleurs invité les femmes à se battre pour l’accès aux postes de responsabilités. « On s’oppose pas aux hommes, mais on est complémentaire », a-t-elle conclu.

L’accès des femmes aux postes électifs a été le quatrième exposé du maire de Goundam, Seck Oumou Sall qui a évoqué ses propres expériences. Elle a demandé aux femmes d’être courageuses et d’aller vers la formation pour persévérer dans tout ce qu’elles vont entreprendre.

La chargée de genre du centre malien pour le dialogue inter parti pour la démocratie (CMDID), Mariam Dicko, a fait une présentation du projet « promotion de la participation des femmes en politique ». Elle a rappelé que les femmes jouent un rôle essentiel dans tous les secteurs d’activités et représentent plus de la moitié de la population. Malgré leur poids, elles restent confronter à de nombreux problèmes liés à la pauvreté, à l’accès difficile à une éducation et une formation de qualité et aux pesanteurs socio culturelles.

Kandia Coulibaly

13 Mars 2012