Partager


C’est un Stephen Keshi tout souriant et confiant en l’avenir du football malien qui a animé hier, au siège de la Fédération malienne de football (Femafoot), sa toute première conférence de presse depuis son arrivée à la tête des Aigles du Mali.

Il avait à ses côtés son premier adjoint Mamadou Coulibaly dit Mad’Coulou, Timothée Ntassé (préparateur physique ayant la double nationalité togolaise et ghanéenne), Houandinou Valère (2è entraîneur adjoint d’origine béninoise) et Yacouba Coulibaly dit Yacouba Djan, secrétaire général de la Femafoot.

Au cours de cette conférence de presse Keshi a tenu un langage de vérité. «Je ne cèderai pas aux pressions de qui que ce soit. Je suis un professionnel et je veux qu’on me laisse tranquillement faire mon travail. Si on ne me laisse pas faire mon boulot, je n’hésiterai pas à démissionner», a-t-il dit.

Il a aussi affirmé que la discipline sera de rigueur pour la bonne marche de l’équipe nationale. Il a lancé un appel à tous les Maliens afin qu’ils fassent du succès des Aigles du Mali, une affaire de patriotisme.

«Il faut que nous tournions la page sombre qu’a connue le football malien. Nous devons cesser de nous accuser mutuellement. Le succès de notre football n’est pas l’affaire d’un seul individu. Mettons de côté les sentiments personnels et donnons nous la main pour bâtir le grand Mali», a-t-il précisé.

Le sélectionneur national a reconnu que notre sport-roi a perdu ses lettres de noblesse d’antan. Certes, il y a des problèmes, mais cela ne vaut pas le coup d’opérer une fuite en avant. «Nous devons ensemble chercher des solutions à ces problèmes. Pour cela, il faut que nous soyons unis. Si, on est divisés, Dieu ne peut pas être avec nous. J’en appelle donc à la solidarité.

Chacun doit apporter sa contribution pour que notre football aille de l’avant. Ce travail n’incombe pas uniquement au Coach ou à la Fédération. C’est une affaire commune», a-t-il ajouté.
Le Nigérian Stephen Keshi a invité les hommes et femmes des médias à jouer pleinement et consciencieusement leur rôle. «Vous êtes comme le 12è homme.

Votre apport est indispensable aux Aigles. Si division il doit y avoir, c’est vous qui allez la créer. Si ça doit marcher, ce sera également avec vous. Vous avez donc un grand rôle à jouer», a martelé Keshi.

Parlant du choix de son premier adjoint Mad’Coulou, il a révélé que ce choix a été motivé par le simple fait que ce dernier a une grande connaissance du football malien et qu’ils ont tous deux, depuis qu’ils se connaissent en 2001, la même philosophie du football.

Cette philosophie est basée sur un jeu offensif, collectif et soudé dans tous les compartiments du terrain.

En ce qui concerne les éliminatoires combinées CAN/Coupe du monde 2010 que les Aigles entament le 1er juin prochain en accueillant les Diables Rouges du Congo Brazzaville, le technicien nigérian a dit qu’il y a lieu d’espérer.

Certes, la mission ne sera pas facile, mais le Mali peut compter sur ses professionnels qui sont aujourd’hui, plus que jamais, décidés à mouiller les maillots.

Mais, il recommande, à tout le monde, la patience en ce qui concerne l’atteinte de bons résultats. «On ne construit pas une maison en une seule journée, soyons tolérants et patients», a-t-il précisé.

Parlant des adversaire du Mali (Congo Brazzaville, Tchad et Soudan) dans les prochaines éliminatoires CAN/Coupe du monde 2010, Stephen Keshi a souligné qu’ils tous sont tous à respecter et à prendre au sérieux. Dans tous les cas, tout se jouera sur le terrain.

Mais la seule inquiétude est que nos Aigles sélectionnés qui sont en majorité des professionnels évoluant dans les clubs étrangers n’ont pas bénéficié jusqu’ici d’une bonne préparation. Keshi espère se rattraper à travers un travail intense qu’il commencera à partir de lundi prochain avec les Aigles au Centre sportif de Kabala.


Bruno Loma

23 Mai 2008