Partager

La salle de conférence du centre Djoliba a abrité samedi dernier le premier congrès Extraordinaire de la Fédération Nationale des Transporteurs routiers du Mali (FNTRM). Ce congrès placé sous le signe de la redynamisation et du Renouvellement d’un ancien bureau jugé malade. C’était en présence de plusieurs délégués des transporteurs venus de toutes les régions du Mali à l’exception de Kidal.

Plusieurs autorités de l’Etat ont répondu présent lors ce congrès parmi lesquelles existaient les représentants du Ministère de l’Equipement et des Transports, du gouverneur du District de Bamako, du maire de la commune III, du conseiller chargé des questions relatives au transport du président de la République, du président du Conseil du Patronat, et les responsables de la Gendarmerie et de la police.

En effet, depuis la création en 1999 de cette fédération, les transporteurs maliens sont devenus responsables et mettre de leur destinée. Mais malgré, le transport malien ne cesse de connaître des difficultés dues entre autres par la non fonctionnalité de ses instances et organes, la gestion opaque et sans partage de ses ressources financières par certains responsables mais aussi surtout par la lutte clanique pour une revendication à des fins personnelles. Encore, quelle honte pour les Maliens ? En l’occurrence des transporteurs surtout en cette période de lutte contre la corruption, devenue un cheval de bataille par les plus hautes instances de notre pays, qui pourtant, est considéré comme un exemple de démocratie dans la sous région.

Ce congrès extraordinaire était présidé par M. Youssouf Traoré de Banni Transport. Dans son discours d’ouverture, il a tenu d’abord à saluer toutes les autorités du secteur de transport ou leurs représentants et tous les délégués venus des régions du Mali. M. Traoré a précisé que la convocation de ce congrès est la réponse sinon la correction de telle situation regrettable. Et c’est pourquoi, il a été placé sous le signe de la redynamisation des instances et organes et de renouveau dans le choix des hommes et des femmes qui seront appelés à son chevet.

Ce 1er congrès est aussi à la croisé des chemins par l’élection dans quelques jours des membres consulaires et du bureau Exécutif du Conseil Malien des transporteurs routiers du Mali. Il a lancé un appel pressant à toutes parties prenantes dans ces élections du conseil, de prendre toutes leurs responsabilités et toutes les dispositions qui s’imposent afin qu’elles soient justes, transparentes, équitables et apaisées dans toutes ses phases.

Par ailleurs, a-t-il dit que le transport au Mali est malade dans son âme et dans son corps. Il revient donc à tous les transporteurs qui ont fait de la profession leur raison de vivre, de s’investir et de mettre en synergie toutes leurs thérapeutiques pour combattre les mots qui minent le secteur.

L’un des faits marquant de ce congrès est sans nul doute la tentative de boycott des assises orchestrée par certains partisans de l’ancien bureau. Malgré leur turbulence, l’élection a pu se dérouler grâce avec l’intervention des forces de l’ordre.

Contrairement à l’ancien bureau qui comptait 20 membres, le nouveau bureau compte 40 membres suite à la création du nouveau poste tel que le secrétariat aux revendications avec 4 membres. La présidence est revenue à M. Youssouf Banni Traoré de Banni Transport, 1e vice président est Mamadou Boundy, 2e vice président Malik Diallo, 3e vice président Soumaïla Thiam, 4e vice président Mamadou Kamissoko et 5e vice président Jeammil Bittar. Le poste de secrétaire général est revenu à Oumarou Marouf Traoré, la trésorière est Mme Djénéba Diakité et le secrétaire au compte est Cheickna Doumbia.

Le Mandat des membres du nouveau bureau est porté à 5 ans au lieu de 3 ans pour l’ancien bureau. En effet ce bureau aura beaucoup de tâche à accomplir, car, le secteur de transport connaît depuis un certain temps beaucoup de difficultés. Il a été commandé aux nouveaux membres de respecter la durée des mandats du bureau et la tenue régulière des différentes réunions.

Signalons que le commandant de brigade territoriale, M. Chaka Samaké, après avoir évoqué les nombreux accidents de circulation de route qui endeuillent notre pays, a demandé à tout un chacun de prendre en compte le mauvais comportement de certains chauffeurs à l’égard des agents en uniforme au niveau des différents postes de contrôle.

Dans son discours de clôture, le nouveau président, M. Youssouf Traoré, a tenu à préciser que la nouvelle équipe doit faire preuve de sagesse, en s’assumant totalement. Car, les défis qui l’attendent sont multiples: “La globalisation frappe à notre porte, nous avons le devoir et le droit d’y faire face surtout si nous avons besoin de répondre oui à l’appel du développement”.

Il a souligné que les différentes préoccupations examinées, analysées, auront certainement leurs solutions ou leur prise en charge. “C’est à partir de ces réalités incontournables que nous pouvons professionnaliser le transport au Mali” a-t-il martelé.

Par Mohamed Hady, Stagiaire

12 février 2007.