Partager

Plus de 400 exposants (commerçants, industriels et prestataires de services) du Mali et de plusieurs pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie prennent part à la 8e édition de la Foire exposition de Bamako (Febak) du 30 novembre au 15 décembre 2007 au Parc des expositions de Bamako. Comparés aux articles étrangers qui ont, dans certains cas, triplé de prix, les produits du cru s’avèrent plus abordables.

Le matin, à la Febak, installée au Parc des expositions sur la route de l’aéroport de Bamako-Sénou, l’affluence est très faible. Aux dires de nombreux exposants, c’est dans l’après-midi que beaucoup de visiteurs se rendent sur les lieux. « Comme c’est le matin, les visiteurs ne sont pas nombreux. C’est à partir de 16 h que l’affluence est grande. Il y a des articles qui coûtent cher. Mais on y trouve aussi des produits moins abordables », explique Fatim Diakité, exposante de produits alimentaires comme le chocolat.

Se trouvant des talents de statisticienne, elle prévoit que la Foire accueillira pendant 15 jours quelque 150 000 visiteurs.

Toujours est-il que la Febak offre l’opportunité à différents secteurs économiques de révéler leurs atouts. La Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM), en initiant la manifestation, crée non seulement un espace d’échanges, de ventes, mais aussi d’aide pour les professionnels du commerce, de l’industrie, de l’artisanat et des services.

« Nos produits viennent directement d’Italie. On a notre usine à Bamako. C’est l’Industrie malienne d’aluminium et de verre (Imav). Notre usine en Italie nous envoie des profils et des accessoires et l’on fait le montage ici au Mali. Nous ne sommes pas venus pour vendre. Nous sommes venus seulement exposer nos produits. S’il y a des gens qui désirent acheter, on les oriente à l’Imav. La Febak est une très bonne chose. Elle intéresse beaucoup les gens. Il y a des visiteurs qui achètent beaucoup de produits. Ils sont nombreux le soir » , a dit Hamid Boulahia.

Pour Dr. Esaï Diarra, visiteur, « les articles sont très abordables surtout les articles fabriqués localement. Mais ceux qui viennent d’ailleurs sont très chers. Je cherchais un habit burkinabé. Lors d’un sommet au Burkina Faso, j’ai acheté cet habit à 3000 F CFA. Ils sont en train de vendre le même modèle d’habit à 15 000 F CFA. Je suis parti à Batexci et à la Comatex où les prix sont plus abordables. C’est à la portée de tout le monde. Là-bas, on peut acheter les 3 pagnes à 2000 F CFA ».

La Febak est un lieu privilégié en termes de vente, d’échanges et de promotion des immenses potentialités de notre pays et d’ailleurs . Sa 8e édition, qui s’est ouverte vendredi dernier, regroupe plus de 400 exposants (commerçants, industriels et prestataires de services) du Mali et de plusieurs pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie. Il s’agit, entre autres, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Guinée, du Burkina Faso, du Bénin, de la Syrie, de la Chine, du Canada…

Sidiki Doumbia
(stagiaire)

04 Décembre 2007.