Partager


Du 30 Novembre au 15 Décembre 2007 se tiendra la 8e édition de la Foire d’Exposition de Bamako (FEBAK) dont la cérémonie d’ouverture sera présidée par le Chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré.

A cet effet, le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), M. Jeamille Bittar, a tenu un point de presse, le 25 Novembre, sur le site même de l’évènement à venir. Cette grande rencontre économique et internationale se veut surtout une manifestation commerciale, professionnelle, et multisectorielle pour la promotion des produits et des entreprises.

Une rencontre d’envergure

En plus de la présence des membres du gouvernement et de l’Assemblée nationale, lors de l’ouverture officielle de la Foire, l’arrivée d’autres personnalités étrangères sera enregistrée.
Entres autres, celles du Conseiller spécial du Président sénégalais, du Président de la Commission de l’UEMOA, du représentant du ministre français de la Coopération, des présidents des Chambres Consulaires membres de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires africaines et francophones.

Rappelons que ces Chambres Consulaires africaines et francophones regroupent 96 Chambres Consulaires africaines, 24 Chambres Consulaires francophones, la Belgique et le Canada. D’autres visiteurs sont aussi attendus, tels que des participants à la 33e Session de l’Assemblée générale de ladite Conférence Permanente.

D’entrée de jeu, ces quelques propos du Président de la CCIM ont d’ores et déjà affiché leur optimisme, quant aux résultats attendus de la Foire : “Cette fois-ci, le budget de la foire sera excédentaire… Tous les exposants étrangers sont chaque fois pressés de revenir… Nous recherchons toujours l’excellence, et travaillons dans la durée sur des perspectives qui puissent nous rapporter… L’homme doit toujours se nourrir d’ambitions…

Des dispositions et innovations

Plus de 17 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Europe sont attendus à cette rencontre. Plus que lors des précédentes éditions, les produits à exposer varieront de l’agro-alimentaire aux services portuaires, en passant par les concessionnaires de véhicules, l’électroménager, le matériel agricole, le commerce général (chaussures, bijoux, bonneterie…), l’hôtellerie, les industries de tissus imprimés, les équipements et meubles, les menuiseries de bois (de la place surtout), les banques et établissements financiers, et d’autres services et prestations…

Au nombre des équipements sont construits 180 stands en carton plaqué (d’un coût de location de 315 000FCFA les 9m2), 84 stands en bâti, une trentaine de stands en bâche, un pavillon de 500 m2 pour la Côte d’Ivoire, autant pour la Syrie…

Aux dires de certains exposants, la Chine et la Syrie font partie des pays exposants les plus engagés dans cette Foire. Et selon M. Bittar, l’an passé, l’Algérie était l’Invité d’honneur de l’évènement. Cette année, ce sera le tour de la Côte d’Ivoire. En effet, au niveau de la sous région, ce pays représente les 70% du commerce extérieur du Mali.

Pour la première fois, un parc d’attraction pour les enfants sera érigé sur le site, avec la participation de LUNA PARC. Et chaque nuit, auront lieu des prestations permanentes d’artistes nationaux et étrangers.
Sur le plan de la sécurité, toutes les dispositions sont prises, avec la mise à contribution des forces de Police, de la Garde nationale, et même de la Protection civile (Sapeurs pompiers). Tous les frais afférents à cette sécurité sont déjà payés.

Côté sanitaire, toilettes et douches ont été refaites à neuf et désinfectées ; et tout un ensemble de médicaments ont été apprêtés. Côté transport des visiteurs, la CCIM a approché les syndicats des chauffeurs et transporteurs pour la faciliter l’accès des visiteurs au site. Aussi, des véhicules de transport feront la navette à partir de la Chambre de Commerce.

Pour l’accès au site, la vente des tickets d’entrée (de 200FCFA) sera confiée à une société, qui gagnera un pourcentage sur ladite vente. Mais une autre société a été engagée pour s’occuper de la surveillance de l’entrée dans le site. Et pour mieux éviter les entrées frauduleuses, les badges d’entrée seront personnalisés, avec la photo de leur porteur.

Quant aux véhicules, ils seront tous garés à l’extérieur du site, à part ceux de livraison auxquels, néanmoins, des heures de livraison seront notifiées, ceci pour éviter embouteillages et encombrements. “Nous réfléchissons sur des innovations à apporter chaque année et au fur et à mesure”, a déclaré le Président de la CCIM.


Des attentes et des retombées

Certaines difficultés ont empêché le parc d’attraction à présenter un nouveau visage. Par exemple, l’acquisition du terrain du site avait donné lieu à des poursuites judiciaires à l’encontre de la CCIM. Mais ces obstacles avaient, à l’époque, été aplanis grâce à l’implication de Chef de l’Etat.

Dans un bref avenir, la CCIM compte construire, sur le site, un hôtel 4 étoiles, des comptoirs permanents, un parc d’attraction pour les riverains du site et pour la population en général. Mieux, une école sera créée sur le site pour le secteur privé.

La chambre du Commerce projette aussi de mettre en place une banque d’investissement et un fond de garantie pour les opérateurs économiques, dans le cadre de la promotion du FEBAK. Des pourparlers sont déjà en cours entre la CCIM et ses partenaires, l’Administration, et les structures d’encadrement.

Chaque année, la CCIM reçoit… 7 millions de FCFA de l’Etat, ce qui paraît insuffisant, compte tenu de l’importance de plus en plus croissante de la Foire. Or la Chambre tient à augmenter les retombées financières de la Foire et mettre plus de un pour cent de ses recettes au cordon douanier.

Les exposants viennent de plus en plus nombreux chaque année, et pour des raisons diverses -vente, échanges, marketing, relations…-. cette année, tous les stands ont été pris, si bien que même les espaces non bétonnés sont recherchés,

Il y a des pays qui n’étaient pas présents lors des éditions passées mais qui le sont cette année. Par rapport à l’organisation de la Foire, la CCIM n’a rien investi : tout est investi sur fonds propres de la Foire. Autant de faits qui constituent une première, selon M. Bittar.

L’on mesure alors mieux les retombées financières ou fiscales (ou autres) d’un tel intérêt peut apporter pour le pays. Aussi, le souhait du Président de la CCIM est que les exposants n’attendent pas la dernière minute pour confectionner leurs stands.

Surtout que cette année, toutes les unités industrielles seront présentes, ainsi que les commerçants et détaillants de la place, qui sont en train de s’unir pour occuper un grand stand. Une autre première.

Oumar DIAWARA

26 novembre 2007.