Partager

Le FDR sort de sa réserve pour la première fois depuis la composition du gouvernement Modibo Sidibé et fustige la destabilisation programmée des partis politiques.

L’intégralité de la déclaration du président Ibrahim Boubacar Kéïta Le Front pour la démocratie et la République (FDR) se réjouit de la constitution d’un bloc d’opposition démocratique et républicaine composé de deux partis du FDR (le Parena et le RPM) et du Sadi.

Il salue la victoire du fait majoritaire à l’Assemblée Nationale à travers l’élection au perchoir du candidat du parti qui a recueilli le plus grand nombre de députés.

Il s’étonne de la nomination au poste de Premier ministre d’un officier général de police qui, de par son statut et sa formation n’est sûrement pas le plus qualifié pour conduire l’approfondissement de la démocratie dont le Mali a aujourd’hui besoin.

Le FDR exprime ses vives inquiétudes devant la composition du Gouvernement où les partis politiques ont été méprisés. Il doute que ce Gouvernement soit à la hauteur des défis auxquels le pays est confronté.

Enfin, au moment où le fait partisan est malmené le FDR exprime sa solidarité agissante aux cadres et militants des autres partis politiques du Mali et les convie au sursaut salvateur.

Bamako, le 10 octobre 2007

P/Le FDR

Le Président El Hadj Ibrahim Boubacar KEITA

11 octobre 2007.