Partager

Souleymane D se faisait passer pour un cadre militaire et intervenait pour sauver des personnes en situation difficile. Contre espèces sonnantes et trébuchantes.Nous ne nous lasserons jamais de le dire, l’escroquerie, de nos jours, prend de plus en plus de l’ampleur dans notre pays et particulièrement à Bamako. La pratique a tendance à devenir un mode de conduite pour une certaine pègre. Les escrocs plument des pigeons dans le foncier, les changes, la recherche de passeports, de visas pour l’Europe pour ne citer que ceux-ci. Ces délinquants ne reculent devant rien pour réussir leur coup. Ces bandits de grand chemin vont jusqu’à usurper les fonctions d’autrui à cet effet. Cette pratique est actuellement très répandue à Bamako.

Dans notre livraison du 12 juillet dernier, nous relations le cas d’Aboubacar Sidiki Sangaré. Cet escroc se faisait passer tantôt pour un commissaire de police, tantôt pour un capitaine de l’armée nationale ou un chef d’escadron de la gendarmerie nationale, selon son plan d’arnaque. Nous l’avons traité de vrai criminel en col blanc. Nous avons également rappelé que l’homme avait déjà été déféré en avril 2009 pour le vol d’un ordinateur portable, d’un téléphone de marque et d’autres objets appartenant à Aboubacar Sidiki Kanté de Kalabancoro. Sa dernière arrestation et son transfert au parquet de la commune III font suite à une opération d’escroquerie, de vol et d’usurpation de fonction rondement menée.

L’on se rappelle aussi d’un autre cas qui a fait la une des journaux. Bourama Diarra, domicilié à Yirimadio, 24 ans environ s’était fait arrêter par la police du 13e arrondissement pour les mêmes motifs. Il se faisait passer lui aussi pour un sergent de police de la promotion 2003, sans numéro matricule ni carte professionnelle, en service au Groupement mobile de sécurité (GMS). À ce titre, il était devenu un petit roi dans son fief. De jour comme de nuit, il s’adonnait à des activités répréhensibles dans des lieux plus ou moins éloignés pour ne pas avoir maille à partir avec de vrais policiers.

Il faisait payer des contraventions et des amendes. Ces quelques cas ne sont pas des faits isolés, mais symptomatiques, sans aucun doute d’une époque de grande crise morale. Il n’y a nul doute, l’usurpation de fonction commence à être un créneau prisé par les délinquants et les bandits de grand chemin. La preuve après Aboubacar Sidiki Sangaré, les policiers du 1er arrondissement viennent de mettre hors d’état de nuire Souleymane D. Notre héros du jour qui se faisait passer pour un lieutenant colonel au Génie militaire.

La trouvaille de Souleymane consistait à intervenir auprès de la police. Contre, espèces sonnantes et trébuchantes, il promettait à ses clients de résoudre leurs ennuis à la police. Souleymane, a presque fait le tour des commissariats de police du District de Bamako. Dès qu’il arrive au commissariat de police, il se présente comme un cadre du Génie militaire. Bien malin celui qui saura tromper tout le monde tout le temps. La baraka a lâché Souleymane. Notre escroc a été démasqué hier.

Comme d’habitude Souleymane était venu au commissariat du 1er arrondissement pour plaider la cause d’un cousin dont la moto a été confisquée.  » Il est venu et s’est présenté comme un lieutenant-colonel du Génie militaire. Après l’avoir écouté, je lui ai fait savoir que je ne peux rien pour son cousin et qu’il faille attendre un autre collègue » a expliqué un commissaire qui a préféré garder l’anonymat. Le commissaire en question avait déjà eu vent de pratiques suspectes de ce genre.

Le policier requit le concours du Génie militaire qui dépêcha au commissariat du Ier Arrondissement un lieutenant-colonel. Devant l’officier Souleymane ne sachant pas ce qui l’attendait n’a pas hésité à se présenter encore une fois comme un cadre du Génie militaire. Étonne et surpris l’envoyé du Génie militaire commença à poser des questions à l’imposteur.

Dépassé par la tournure des choses Souleymane a essayé de prendre la poudre d’escampette. Mais malheureusement les carottes étaient déjà cuites pour lui. Interrogé, Souleymane D. dit avoir fait recours à cette pratique à cause de la pauvreté. Les investigations de la police ont prouvé que l’homme est un chauffeur de profession et un chef de famille.

Au passage de notre équipe de reportage Souleymane D attendait encore d’être déféré. Notre délinquant sera poursuivi pour usurpation de fonction. Un délit condamné et puni par la loi malienne. Ce qu’il faut retenir de cette histoire c’est que l’usurpation de fonction est actuellement monnaie courante dans notre pays.

Face à cette situation, il urge de prendre des sanctions dissuasives. Les populations devraient redoubler de vigilance et être prêtes à collaborer avec la police pour mettre hors d’état de nuire les délinquants de la trempe de Souleymane D.

Mariam A. Traoré

L’Essor du 21 Juillet 2010.