Partager


Fatoumata Kounta a commis deux péchés : voler l’or, le métal à la fois maudit et sacré et, de par ce geste, souiller la réputation de la très grande famille maraboutique, les Kounta. Le châtiment ne s’est pas fait attendre.

jpg_jpg_v2_copie.jpgAprès s’être introduite chez ses victimes à Faladjè la semaine dernière, Fatoumata Kounta parvint à subtiliser le sac d’une femme, contenant divers effets, à savoir, trois téléphones portables, des mèches à cheveux, un boubou basin, la somme de 130.000 F CFA et des bijoux d’une valeur de 285.000 F CFA. La victime porta plainte contre X au Commissariat de police du 3ème Arrondissement.

Ici, la gestion de ce genre d’affaire est désormais classique. L’Epervier du Mandé mit système en branle. En moins de 72 heures, le suspect est identifié puis interpellé. Il s’agit d’une belle jeune fille répondant au nom de Fatoumata Kounta, issue, hélas, d’une famille noble et très respectée. Et cerise sur le gâteau, son fiancé s’apprêtait à célébrer ses noces la semaine prochaine.

Après nié les faits à elle reprochés, elle dut finalement faire mauvaise fortune bon cœur, puisque c’est le malheureux fiancé qui reconnut avoir aperçut en ses mains, quelques uns des objets volés. Voilà un mariage bien compromis ! Selon des préceptes traditionnels bien de chez nous, on ne vole impunément pas l’or, ce métal à la fois maudit et sacré.


B.S.D

Aurore du 04 décembre 2008