Partager

La Gambienne Fatou Bensouda deviendra vendredi à 11H00 (09H00 GMT) le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), déterminée à suivre la voie tracée par Luis Moreno-Ocampo, dont elle a été l’adjointe depuis 2004, mais prête aussi à des « ajustements ». Fatou Bensouda, élue par les Etats parties au Statut de Rome, le traité fondateur de la Cour, prêtera serment lors d’une courte cérémonie. Lundi, elle aurait dû se présenter pour la première fois devant les juges en tant que procureur, face à l’ancien président de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo, lors d’une audience de confirmation des charges, mais celle-ci a été reportée au 13 août à la demande de la défense. L’Argentin Luis Moreno-Ocampo, le premier procureur de la CPI, avait prêté serment le 3 novembre 2003, investi d’un mandat de neuf ans, tout comme celle qui lui succède. « Il a commencé avec moins de cinq personnes, aujourd’hui j’hérite » de 300 personnes », souligne Mme Bensouda. Le bureau du procureur de la CPI, premier tribunal permanent chargé de juger les auteurs présumés de génocides, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, mène désormais des enquêtes dans sept pays, tous africains. « Une chose doit être claire : le bureau du procureur n’a jamais été poussé par des considérations géographiques », affirme Fatou Bensouda. AFP