Partager


Nous avons appris de sources sûres que les résultats du concours direct de recrutement à la Fonction publique des Collectivités Territoriales organisé depuis trois mois ont été falsifiés par certains responsables en charge de l’organisation.

Selon nos sources, ces responsables ont profité des congés des membres du gouvernement pour introduire les noms de leurs connaissances. C’est pourquoi, la premières copies réelles des résultats semblent être égarées par ces mêmes responsables. Mais on ne sait pas si le ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, Kafougouna Koné est au courant de ce vol flagrant. Pourquoi flagrant? Parce que la plupart d’entre eux qui ont eu des moyennes fortes ont été écartés sur la liste au profit d’autres personnes qui ne méritent pas.


Pourquoi cet acte ?

On ne sait réellement pas pourquoi ceux qui sont chargés de l’organisation des résultats de ce concours ont pu profiter des congés des membres du gouvernement pour falsifier les résultats. D’après nos sources, beaucoup de gens avaient été admis et qui ont d’ailleurs été informés par les agents qui travaillent avec ces responsables là ont constaté que certains qui avaient déjà passé sur la liste dont les résultats leur était parvenus n’ont finalement pas retrouvé leur nom.

En tout état de cause, les responsables qui ont transformé les résultats ont peur aujourd’hui que le ministre ne soit informé de cet acte. Ils savent que leur acte de forfaiture est grave et surtout pour qui connaît la rigueur du ministre Kafougouna Koné, il y a réellement à craindre. En tout état de cause, le ministre est interpellé à réclamer les premiers résultats ou à faire des enquêtes entre ceux qui ont leur nom sur la liste pour savoir s’ils ont réellement mérité.


Trop c’est trop !

Il faut dire qu’au Mali, le favoritisme est devenu le lot quotidien des agents de l’administration, surtout ceux en qui le ministre et les autres supérieurs hiérarchiques font confiance. Ils profitent souvent d’une absence de ceux-ci pour commettre des actes illégaux tel le cas aujourd’hui de la falsification des résultats du concours des Collectivités Territoriales. Tout ce qu’on demande au ministre, c’est de vérifier les résultats, même s’il faut revoir les feuilles d’examen.

Pour que ce concours se termine de façon transparente, il faut veiller à ce que les meilleurs gagnent pour le respect de leur savoir et de leur savoir-faire. Cela d’ailleurs est une recommandation du président de la République Amadou Toumani Touré qui, dans son programme intitulé le renouveau de l’action publique, recommande la culture de l’excellence à travers la nomination de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Sur les 780 administrateurs territoriaux qui sont demandés par ce concours, chacun doit être admis en raison de ses efforts personnels et non par des magouilles car ceci va de la performance des Collectivités Territoriales.

Hady BARRY

18 Septembre 2008