Partager

Depuis le début de l’année 2005, les prévisions mensuelles n’ont jamais pu être atteintes. Une situation qui inquiète fortement les autorités.

Pour éviter une crise financière au niveau du trésor public, le Premier Ministre a convoqué pour demain une réunion de crise. Autour de la table, les différents responsables des services des douanes sont appelés à s’expliquer.

Les baisses de recettes à la Douane s’accumulent et risqueraient en fin de compte même de compromettre l’atteinte des objectifs budgétaires dont les chiffres sont estimés cette année à la bagatelle de près de 240 millions de F Cfa.

Cette situation inquiète fortement les autorités du pays et en premier lieu le ministre de l’Economie et des Finances. Une situation qui peut compromettre toute la politique de développement du Mali car l’Etat compte avant tout sur la fiscalité de porte et la fiscalité intérieure pour renflouer les caisses du trésor public.

C’est pour éviter un scénario catastrophe financier que le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga a décidé de prendre en main ce dossier.

Dans le cadre de cette démarche, il a convoqué demain mardi à la Primature le Colonel Checik Kéïta, directeur général des douanes du Mali ; son directeur adjoint, le Colonel Moumine Dembélé ; le chef du bureau du contrôle interne (BCI), le Colonel Amadou Togola ; le sous-directeur des recettes, le Colonel Baba Kida ; le sous-directeur des enquêtes douanières, le sous-directeur de l’Administration générale, le sous-directeur des Affaires économiques, le chef du bureau des produits pétroliers, du BMEX ; tous les directeurs régionaux et les chefs des bureaux principaux de douanes du Mali à travers le pays.

La raison ?

Le Premier ministre veut avoir de ces différents responsables douaniers, les raisons de la contre
performance au niveau de la douane et le dysfonctionnements qui en sont à la base.

A l’issue des discussions, le Premier ministre envisage d’insuffler un sang nouveau dans les rangs des gabelous en sonnant à nouveau la mobilisation autour de l’atteinte des objectifs douaniers. Cette initiative salutaire vient ainsi conforter l’actuel directeur général des douanes, le Colonel Cheick Kéïta qui, pour tirer ses services de la léthargie et donner un nouveau souffle à ses actions, a procédé à un profond changement à l’interne.

Si des défaillances à l’interne peuvent justifier l’actuelle chute des recettes douanières, des causes externes sont aussi avancées pour expliquer la contre performance actuelle.

Il s’agit, entre autres, de certaines décisions politiques salutaires à tout point de vue sur le plan social mais qui grèvent cependant les services douaniers d’une entrée financière certaine. Les exonérations accordées à la pelle aux opérateurs économiques ne sont pas aussi pour arranger les choses.

Ajoutez-y notre adhésion à la zone Uemoa où désormais des compensations prévues non effectuées et les ralentissement du mouvement des marchandises ces dernières années, on comprendrait aisément pourquoi les douanes maliennes ne parviennent plus à faire le plein des recettes chaque mois.

C’est d’ailleurs pour corriger les conséquences de ces mesures politiques que le ministre de l’Economie et des Finances ordonne chaque année l’utilisation des anticipations.

Au sortir de cette réunion demain, il est prévu des mesures urgentes afin de rehausser le niveau des recettes de la Douane, indiquent nos sources. Puisque l’Etat a besoin d’argent frais pour faire face à de multiples charges en cette fin d’année.

Birama Fall

04 septembre 2006.