Partager


« Fagaga n’est pas un rebelle, mais un Malien frustré et déçu par ATT » – Profitant de sa tournée dans le Sahel IBK a choisi Diéma, localité même où ATT s’est adressé à la nation malienne quand il a appris les événements du 23 mai pour don­ner sa vision sur les attaques de Kidal et de Ménaka. Elle est sans complaisance: « Je connais personnellement Fagaga, je sais qu’il n’est pas un rebelle, mais un Malien frustré et déçu » a laissé entendre IBK comme pour répondre au président ATT lors de son passage à Diéma.

« Si j’étais président de la République, il n’y aurait pas les événements du 23 mai der­nier qui ont vu l’attaque des camps de Kidal et de Ménaka. Ce qui s’est passé dans le Nord de no­tre pays n’est pas une ré­bellion, mais simplement une manifestation des gens qui ne croient plus au régime du général Amadou Tournani Touré. Je connais personnellement Fagaga. Je sais qu’il n’est pas un rebelle, mais un Malien frustré et déçu. Déçu par le comportement du prési­dent ATT qui ne dit jamais la vérité et qui ne tient pas ses promesses. Un chef d’Etat doit être quelqu’un de véridique, de droit et d’honnête, mais pas un po­puliste et un irresponsable. Si un chef d’Etat a peur de tenir un langage de vérité à son peuple, il ouvre la voie aux désordres. C’est le cas de Amadou Toumani Touré. Je ne suis pas un va-t’en-guerre, loin s’en faut. En s’opposant à l’accord d’Alger, nous ne sommes pas au RPM con­tre le développement de Kidal. Maïs nous disons que celui-ci ne doit pas être fait par les armes par nos compatriotes du Nord.

Le gouvernement ATT a échoué dans sa politique de développement en général et singulièrement dans celle des régions du Nord par ses promesses non tenues. D’où les évènements du 23 mai. Il ne mérite pas que le peuple malien lui renouvelle sa confiance
« , a martelé IBK, le mercredi 18 avril à Diéma, la localité même où le président ATT a appris l’attaque de Kidal et de Ménaka.

Aussi, IBK a laissé entendre qu’il ira à Kidal pour faire compren­dre sa vision du nord à ses frères.  » Ceux ci savent qui je suis, ce que je vaux et mon amour pour le déve­loppement de tout le pays. Ils croient en moi car ils savent que je fais ce que je dis. Je ne suis pas comme ATT qui promet et ne fait rien« .

A Nara où le slogan était « voter IBK pour sau­ver la démocratie ma­lienne; vive le RRM pour le développement du cer­cle de Nara » les popula­tions de cette localité ont estimé que IBK est l’espoir du peuple malien d’où leur adhésion à sa cause.


La famille du chérlf de Nioro pour IBK

Arrivée à Nioro du Sa­hel dans l’après midi du mercredi 18 avril à bord d’un petit avion d’une ving­taine de places, IBK est part directement à la rési­dence de Mouhamoud Ould Cheick Hamaoula, l’unique fils encore vivant de Cheick Hamaoula. Fidèle parmi les fidèles de Dieu, le chérif de Niono du Sahel qui est présentement le guide des Hamalistes, a encore une fois de plus dit sa con­sidération pour IBK.

Selon lui, sa vie qui fut l’objet de rivalité, de méchanceté et de trahison ressemble à celle de Ibrahim Boubacar Keïta. C’est pourquoi, il lui a demandé de rester serein face à toute chose. Après avoir été béni par le chérif, IBK a animé un meeting sur la place publi­que où il a abordé des su­jets relatifs à la pauvreté, au laxisme de l’Etat dans la gestion d’es affaires pu­bliques.

Alassane DIARRA

20 avril 2007.