Partager

A la faculté de pharmacie de l’université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako, les étudiants sont en vacances depuis le mardi dernier. Cela, après une année universitaire marquée par plus de cent jours de grève des enseignants du supérieur.

‘’Les examens se sont déroulés sans incidents majeurs’’, nous a confié le doyen de la faculté, le professeur Boubacar dit Bouba Traoré. ‘’Cette année, l’emploi du temps a été affiché plutôt que d’habitude. L’accès aux salles d’examen était subordonné à la présentation de la carte d’étudiant. Maintenant que les examens sont terminés, nous anticiperons avec la correction et la proclamation des résultats. Nous disposons de 45 jours pour cela et nous allons tout faire pour terminer en avance et non en retard’’.

Du côté des étudiants, nous avons fait le même constat. Tout va bien dans l’ensemble. La seule remarque négative qui nous a été faite est celle relative aux étudiants de la 5ème année pharmacie.Ces derniers n’ont pas composé en pathologie médicale comme initialement prévu par le calendrier du fait du pèlerinage du professeur chargé de dispenser le cours.

Il avait néanmoins, aux dires du doyen, confié son sujet à une collègue. Laquelle aurait oublié de venir avec le sujet le jour J. C’est pourquoi, en consensus avec les étudiants, l’épreuve de la pathologie médicale a eu lieule mardi 8 octobre. Les résultats des étudiants soumis au numérus clausus (1ère année pharmacie) devraient être disponibles lors de la proclamation des résultats de la deuxième session. La rentrée au titre de l’année universitaire 2013/2014 est prévue pour début janvier, notamment au plus tard le 3 janvier 2014.

‘’Nous nous sommes donnés un certains nombre de défis à relever, notamment le bon déroulement de l’année universitaire. Pour ce faire, nous avons eu à faire plusieurs semaines de grèves indépendantes de notre volonté. Par la grâce de Dieu, tout va pour le mieux. Les étudiants en pharmacie ont terminé.

Ceux de la médecine débuteront les examens le 11 octobre prochain. J’invite mes camarades au travail. Quant aux autorités compétentes, je leur implore de trouver une solution au problème de l’université de médecine privée Kankou Moussa avant que les choses ne dégénèrent’’, a martelé le secrétaire général du comité AEEM, Doua Sissoko.

KANTAO Drissa

10 Octobre 2013