Partager

A l’ère du numérique, le E-commerce est devenu très aisé pour les  commerçants et leurs clients. Plus besoin de se déplacer ou faire trop de mouvements, l’énergie se conserve désormais, car tout peut se passer en ligne. La stratégie est très simple: voir , commander, livrer et le client est satisfait. Facebook et WhatsApp en sont les principaux outils.

Les statuts WhatsApp servent plus qu’à ne poster que de simples photos pour le plaisir. Ceux qui ont vite compris la rentabilité du nombre de vue sur les statuts ne perdent plus leur temps pour faire la publicité de leurs marchandises. Le Matin, lorsqu’ils se lèvent, déjà sur la table de déjeuner, ils postent des articles. Durant 24 h, ces gens peuvent comptabiliser plusieurs commandes. Youssouf surnommé Youssouf IPhone est vendeur de la marque Apple. Sa stratégie est très simple, poster les photos des Iphones sur Facebook en mettant sur numéro en dessous. Les clients le contactent directement sur WhatsApp. Qu’ils achètent ou pas, Youssouf gagne en popularité. Aujourd’hui, le jeune homme comptabilise plus de 1000 vues et c’est ce qui fait sa force. Avec une audience aussi large, Youssouf IPhone trouve toujours des clients pour acheter ses téléphones. < Au début, c’était un peu difficile. Mais, avec les plus de 1000 vues, je trouve toujours des clients qui sont intéressés par mes téléphones.  Même s’ils ne sont pas intéressés, ils informent leurs proches en cas de besoin. Je dirais que mon commerce marche à merveille>; dit-il. 

Mira est également une jeune étudiante qui est aussi beaucoup suivie sur son statut. Une force pour la jeune commerçante de monter son entreprise. L’idée est parvenue à son esprit quand elle a vu son nombre de vues dépassé les 1500. Dès lors, elle s’est spécialisée dans la vente des robes de tout genre. < C’est une amie qui m’a conseillé de vendre quand elle a vu le nombre de mes vues sur mon statut. Alors, je me suis mise à penser pour savoir quoi vendre. Après une réflexion, je me suis lancée dans le style vestimentaire notamment la robe moderne. Dès mes premiers posts, je vous assure que les gens ont commandé de partout. Et ce commerce fait aujourd’hui que je ne dérange plus les parents pour mon déplacement à l’université, je m’habille et je fais d’autres réalisations>; se réjouit-elle. 

Fousseyni Cissé et Son frère Madou Cissé sont propriétaires d’un salon de luxe beauté. Pour toucher plus de cibles, ils ont opté pour une stratégie bien précise : entrer en partenariat avec les jeunes filles qui sont plus suivies sur leurs statuts. A leur tour, elles posteront les photos des articles de leur magasin sur leurs réseaux. En retour, les filles sont rémunérées selon un consensus entre les deux parties.< Ces filles nous apportent tellement de clients que souvent nous nous demandons comment elles font. Tout ça parce qu’elles sont suivies sur leur statut. Nous de notre côté, nous les gérons très bien avec de l’argent pour qu’elles soient motivées>; a renchéri Madou Cissé, l’aîné. 

Contrairement à WhatsApp où seulement les numéros enregistrés ont accès aux articles publiés, Facebook est encore un réseau très élargi de la vente en ligne.  Son implication dans ce domaine a été un apport très capital pour les commerçants qui font écouler leurs marchandises très facilement à travers une large communication. Toutefois, cette vente en ligne n’est pas sans conséquence non seulement pour les clients, mais aussi pour les vendeurs.

Les internautes vont sur Facebook pour diverses raisons : suivre l’actualité, faire le Community manager, sensibiliser les populations, former surtout vendre des articles qui est devenu une forte motivation pour nombreux clients.

Il suffit de se connecter au monde virtuel surtout sur Facebook pour voir les images des vêtements, des voitures, des maisons, des terrains ou parcelles, des matériels électroniques, des objets de décoration bref, la liste est non exhaustive, tout se vend à travers cette plateforme.  En Effet, plusieurs entreprises de la place ayant compris la nécessité de la vente en ligne, ont commencé à poster tous leurs articles sur Facebook. Les clients commandent à travers un numéro laissé en dessous des images et un livreur s’en charge du reste. < Je suis vendeur de vêtements pour homme. Puisque Facebook est un réseau large, je poste plusieurs modèles de vêtements. Les gens commandent même s’ils ne me connaissent pas. A travers deux livreurs que j’ai recruté, les vêtements sont vite livrés aux clients. A préciser que la livraison coûte chez moi 1500 F CFA quelqu’en soit la distance>; a précisé Daouda Tiéblé, promoteur de Stylelife.

A comparer à celles qui ne sont pas présentes sur Facebook, les entreprises qui y séjournent déjà  tirent beaucoup de bénéfices. < vous verrez que nous qui faisons plus de communication sur Facebook, nous avons plus de visibilité et de clients par rapport à ceux qui se limitent seulement au marché.  La vente sur Facebook a rendu très facile le commerce et la livraison se fait avec une bonne foi>; a ajouté Karim Kanté, un jeune vendeur de bazin très actif sur Facebook. 

Les clients sont tout de même pour la vente en ligne. Selon eux, c’est une prouesse en matière de commerce au Mali. < Nous n’avons pas le temps de nous promener dans tous les magasins de Bamako pour commander. En faisant des posts sur Facebook, nous faisons notre choix et nous commandons. Et si nous n’avons pas envie de se déplacer, il suffit de payer 1000 ou 1500 F CFA pour avoir sa commande>; a témoigné Sidi Diarra, un client.

Vente sur Facebook, quels risques pour les vendeurs et les clients ? 

Certes la vente sur Facebook a rendu très facile le commerce, mais il est sans savoir que les vendeurs sont exposés à des  grands risques. D’abord, il y a la cybercriminalité qui joue négativement sur les pages qui ont accumulées plusieurs milliers d’abonnés. < Il y’a des personnes de mauvaise foi qui piratent souvent nos comptes. Et ils le font juste pour nous faire des du chantage en demandant une somme. Et si nous ne cédons pas, nous perdons nos clients déjà abonnés. Nous reprenons tout à zéro alors que pour avoir ces abonnés, c’est des mois de dur labeur>; a déploré le jeune Tahirou Simon, aussi commerçant.

Le processus livraison aussi pose parfois des problèmes surtout aux livreurs. Tout le monde se rencontre sur cette plateforme ( Facebook), des personnalités importantes, des personnes sérieuses, des bandits etc. Puisque la commande se passe en ligne, on ne connaîtra jamais le statut social de celui qui commande. Même quand il explique sa profession, personne n’est Dieu pour le savoir.< Il y’a des bandits qui commandent parfois la marchandise et ils donnent un rendez-vous dans un lieu louche. Une fois que nos livreurs arrivent à l’endroit indiqué, ils se font braquer. Raison pour laquelle, nous ne faisons jamais livrer une marchandise qui dépasse les 50.000 fcfa>; a déclaré Mariam SAFI Touré, une vendeuse en ligne des produits cosmétiques. 

Elle indexe également la duperie, la tricherie et le moins sérieux de certains clients durant la livraison des marchandises. < il y’a des clients qui commandent et ne répondent plus quand le livreur arrive à eux. D’autres ne donnent pas souvent la somme convenue et refusent même de payer l’argent du livreur>; dit-elle. 

Les clients tout comme les vendeurs sont aussi confrontés à d’autres problèmes différents. Toujours la commande se passe en ligne, ils sont souvent écœurés de découvrir que leur article commandé en ligne n’est pas le même qu’à la livraison. < Souvent tu commandes un pantalon de taille 33 et les commerçants  nous envoient le livreur avec 32 ou tu commandes un article grâce à sa beauté numérique et à la livraison, tu découvres que c’est de pur montage>; a signalé Maf Tall, un client. 

Statuts  WhatsApp ou Facebook, les nouvelles technologiques ont rendu le monde connecté la vente plus facile.

Adama Sanogo

@Afribone