Partager

Oumar Mariko de Sadi à propos du choix entre IBK et Soumi : «Face à deux situations compromettantes, on choisit la moins pire, IBK»

C’est pour des raisons purement patriotiques et notamment pour être en conformité avec le choix du peuple malien pour le parti Rassemblement pour le Mali, exprimé à travers les résultats du premier tour de l’élection présidentielle 2013, que le parti Sadi a opté pour le candidat Ibrahim Boubacar Keïta.

La nouvelle a été annoncée par le président du parti Sadi, Dr. Oumar Mariko, lors d’une conférence de presse, en présence du porte-parole du directeur de campagne du Rpm, Boubacar Diallo, des militants et sympathisants. C’était lundi 5 août 2013 au siège de Radio Kayira.

Ce choix se justifie également par le fait que Sadi est face à un dilemme. «Face à deux situations compromettantes, on choisit la moins pire, IBK», a déclaré le candidat du parti Sadi, Dr. Oumar Mariko. Ce qui sous-entend que Dr. Mariko considère le parti Rassemblement pour le Mali comme une porte de sortie, qui ouvre la voie au changement, contrairement à Soumaïla Cissé. À entendre le candidat recalé du parti Sadi au 1er tour de la présidentielle, suite à la proclamation provisoire des résultats, il a rencontré l’ensemble de ses coordinations, avec qui, il a échangé afin de prendre une décision collective.

«Vu la gestion catastrophique de l’Etat par le pouvoir déchu et tout son staff, qui nous a servi un Etat d’injustices, de rébellion et d’autres maux ; et pour briser cet Etat et pour une continuité de sa lutte anti-Fdr, le Sadi appelle ses militants et sympathisants à voter pour Ibrahim Boubacar Keïta au deuxième tour de la présidentielle prévue le 11 août 2013», a déclaré Mariko. Et de poursuivre qu’en apportant son soutien au candidat du Rpm, le parti Sadi entend jouer sa partition pour le changement.

Quant au porte-parole du directeur de campagne du Rpm, Boubacar Diallo, il souligne que malgré l’existence de quelques points de divergences entre les deux partis, concernant la gestion de l’Etat, des points communs existent. Il s’agit selon lui de la défense de l’intérêt de la Nation comme le slogan de la Coalition d’IBK le laisse entendre : «Le Mali d’abord». Et il s’agit aussi de rompre avec l’ancien système.

Fatoumata TRAORE

Le Reporter du 9 Août 2013