Partager

La mine d’or de Loulo est entrée en production le 12 novembre 2005. En juin 2006, l’exploitation à ciel ouvert a produit 184 000 onces d’or. Avec la mise en valeur du site de Yaléa, la production augmentera de 250 000 onces par an à plus de 400 000 onces par an. La mine devrait rester en production au-delà de 2020.

Les travaux de construction de l’entrée en terre et de l’entrée du tunnel sont déjà bien avancés. L’excavation des rampes doit commencer avant la fin de cette année et Randgold Ressources prévoit d’accéder au premier minerai à exploiter en fin 2007.

C’est compte tenu de l’importance de l’événement que le ministre Ahmed Diane Séméga s’était fait accompagner par son homologue de la Promotion des Investissements et des Petites et moyennes entreprises, Ousmane Thiam. Le gouverneur de la région de Kayes était représenté par le préfet de Kéniéba.

C’est en présence du maire de la commune de Sitakily, du chef de village et d’une population nombreuse, que le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Ahmed Diane Séméga a procédé au lancement de l’exploitation souterraine par l’explosion des dynamites installées dans la mine. Après la sirène d’alarme, six coups de détonation marquaient le début d’une autre forme d’exploitation industrielle de la mine.

C’était la première pierre du ministre dans les « travaux d’excavation des galeries jumelles de la mine d’or de Loulo« . Le geste du ministre a été précédé du sacrifice de deux boeufs immolés sur place par l’Imam qui a prononcé la Fatwa afin que les mauvais esprits s’en éloignent.

Selon le Directeur de la société minière de Loulo (Somilo), Amadou Konta « à la différence des exploitations souterraines en puits verticaux, nous avons choisi la variante spirale qui est une première dans notre pays et se caractérise par son niveau élevé de sécurité et de grande productivité« .

C’est à partir de la grande excavation, sur une pente de 11 % que partiront deux galeries jumelles permettant la circulation des engins lourds et le transport de minerai du sous-sol en surface. D’autres installations indispensables tels que les tuyaux de pompage d’eau, le dispositif de ventilation seront installés, à en croire le directeur de Somilo Amadou Konta.

Avec cette pente de 11 % on se retrouvera à 1,100 km horizontalement et à 90 m verticalement dans le gigantesque gisement de Yaléa. « Le projet de Loulo est un joyau national qui dans sa première phase a mobilisé un investissement d’un coût de 150 millions de dollar US et avec cette extension mobilisera sur cinq ans 100 autres millions, soit un total de 250 millions de dollar US, l’équivalent de 140 milliards de F Cfa« , précise Amadou Konta.

Selon lui, cet investissement permettra de réaliser un chiffre d’affaires d’environ 2,042 milliards de F Cfa. Le coût de production est environ 796 milliards F Cfa pour un profit brut d’exploitation de 1,065 milliards de F Cfa. Le personnel qui est de 1011 travailleurs sera porté à 2000 travailleurs.

Le ministre Ahmed Diane Séméga a engagé la société à mettre en place une véritable politique de développement socio-économique capable d’impulser dans la communauté l’amorce d’un développement durable, malgré les efforts déjà faits pour le développement communautaire, les constructions d’écoles, de centres de santé etc.

Et le ministre d’insister sur cet aspect : « il faut que la mine, en tant qu’entreprise citoyenne ,participe pleinement au développement et à la promotion des communes où se déroulent ses activités« . Le gouvernement du Mali, dans sa politique de valorisation des ressources du sous-sol a fait du développement des activités minières sur toute l’étendue du territoire une priorité nationale.

Cet objectif n’a pas de sens que si les richesses générées profitent aux collectivités et aux travailleurs des mines. Le président directeur général de Randgold Ressources, Mark Bristow s’est réjoui de l’ouverture pour la quatrième fois d’un projet minier en partenariat avec le gouvernement.

Il s’agit des mines de Siama (réouverture) en 1997 pour cinq années, ouverture de Morila en 2000, ouverture de Loulo en 2005. Mark Bristow a souligné toute son attention sur la nécessité pour les sociétés minières de réinvestir les bénéfices pour assurer la poursuite de l’exploitation et l’exploration. Car les mines ont une vie.

Boukary Daou

19 octobre 2006.