Partager

Sous la houlette des jeunes du mouvement “Génération efficiente” et le réseau “Média Actif Mali”, la ville de Ségou a abrité, au début de ce mois, un forum sur l’exploitation minière et la recherche pétrolière dans notre pays. L’action s’inscrit, dit-on, dans le cadre de la promotion d’un Mali nouveau.

A travers cette initiative, ces jeunes souhaitent répondre à l’objectif fixé par le Programme de Développement Economique et Social (PDES) pour la période 2007-2012 et ce, pour une perception positive de l’exploitation minière au Mali.

Ces jeunes sont partis du constat que le bilan de l’exploitation minière dans notre pays au cours de ces dernières années comporte des acquis indéniables. En témoignent la forte croissance économique, l’amélioration de la balance commerciale, la création d’emplois et l’amélioration de conditions de vie des populations autour des sites miniers, par la création de structures scolaires et sanitaires.

Toutefois, ils restent persuadés aussi que ce bilan n’est pas sans reproche, car il présente des insuffisances et des échecs, notamment le faible impact sur le développement local, l’absence des opérateurs économiques nationaux, la non maîtrise du réseau commercial national de l’or, la faible valorisation de la production minière, par la création de secteur à forte valeur ajoutée, à cause de l’absence de raffineries et de bijouteries modernes nationales utilisant l’or malien, la faiblesse des mécanismes de contrôle et un manque de ressources humaines.

Des engagements

Pour l’atteinte des objectifs qu’ils se sont fixés dans leur initiative, les jeunes ont pris plusieurs engagements pour le renforcement du droit des populations.

Les organisateurs du forum de Ségou promettent de renforcer les capacités des institutions de l’Etat de droit et d’oeuvrer en vue de les faire bénéficier de toute l’indépendance nécessaire à l’exercice impartial de leur mission.

A côté de cette action, le mouvement se dit prêt à encourager le renouveau des organisations de base, en facilitant matériellement le travail de leurs représentants et en veillant au respect des intérêts de l’ensemble, et à assurer la participation responsable de toutes les composantes de la société, dans l’élaboration des projets et le partage des revenus issus de l’exploitation des ressources naturelles.

Pour cela, le mouvement entend s’attacher au renforcement des capacités nationales de l’ensemble des acteurs et des structures impliquées dans l’exploitation minière, en mettant l’accent sur l’information, la formation et la communication, tout en s’assurant aussi que les revenus destinés aux populations des sites miniers vont directement dans les projets de développement local et communautaire, pour un changement de la perception sociale de l’exploitation minière dans le pays.

Après le forum de Ségou, le mouvement s’attellera à faire en sorte que toutes les composantes de la population soient informées de l’exploitation minière, à travers la diffusion des textes régissant le secteur, et surtout la publication mensuelle des productions.

Il s’agira aussi de faire participer toutes parties à l’évaluation annuelle de l’impact des productions minières sur l’économie nationale et de favoriser la participation des opérateurs économiques nationaux à l’exploitation minière. Mais le mouvement exige une chose à notre pays: ratifier les principaux instruments internationaux et régionaux, relatifs à la transparence dans les industries extractives.

A ces fins, et dans un partenariat rénové, le réseau “Média Actif Mali ” et le mouvement“Génération efficiente“ entendent intensifier la coopération entre les départements en charge des Mines et les organisations de société et soutenir, dans ce cadre, les initiatives qui visent à promouvoir la transparence et une meilleure distribution des revenus miniers, tout en cherchant à renforcer aussi le mécanisme de concertation et de dialogue permanents avec les ONG reconnues particulièrement avec celles qui poursuivent les mêmes objectifs dans les domaines de la démocratie et des droits de l’homme.

Pour le suivi des pratiques de la démocratie dans l’exploitation des mines, les jeunes réunis à Ségou, dans le cadre du forum, demandent la mise en oeuvre des procédures ou des instances, notamment la création d’un comité local de gestion des fonds issus de l’exploitation sur les sites, la création d’un fonds pour les générations futures, l’instauration de taxes écologiques pour la prise en charge des conséquences de l’exploitation minière sur l’environnement et l’audit des différentes sociétés minières.

Ils exigent aussi l’audit de l’impact environnemental de l’exploitation minière sur les différents sites, la publication mensuelle des revenus de l’exploitation minière, la relecture du code minier, la création des filières sur les métiers de l’ordre dans les centres de formation, ainsi que la promotion des raffineries et les bijouteries modernes nationales, tout en insistant sur l’organisation de la filière de commercialisation de l’or au Mali, à travers la création d’une bourse de l’or.

Dans les prochains jours, les organisateurs de ce forum sur l’exploitation minière s’attèleront à faire entendre leur voix, en saisissant tous les départements sur cette question.

Bénéficieront-ils d’une oreille attentive?

Laya DIARRA

18 Février 2008.