Partager

Les populations des communes victimes de la coupe du bois de ven ou « Guenou », dans le cercle de Kita, ont battu le mercredi 28 mai le pavé pour réclamer l’annulation du contrat d’exploitation accordé à une société chinoise.

Ils étaient plusieurs personnes, adjoints aux maires, responsables d’organisations et associations de la société civile et simples habitants, venues des communes de Saboula, Toukoto, Gadougou, Sirakoro, Boudofo et Kita à prendre part à la marche de protestation contre la coupe de bois ven dans le cercle de Kita, organisée par le réseau de plaidoyer/lobbying pour un développement durable du cercle de Kita.

Kita est un cercle à vocation agro-pastorale dont plus de 80 % de la population tire l’essentiel de ses revenus de l’exploitation des ressources agro-sylvo-pastorale.

Il regorge d’importantes ressources forestières dont le « Guenou », qui revêt une grande importance pour les populations sur les plans social, culturel, économique et écologique.

La marche, organisée mercredi 28 mai sur la préfecture et le conseil de cercle de Kita, visait à attirer l’attention des autorités administratives centrales sur les conséquences de la destruction ou le pillage des réserves forestières par une entreprise chinoise qui avait obtenu de la direction de la conservation de la nature un contrat d’exploitation de bois de Ven.

« Les collectivités s’engagent contre l’exploitation sauvage des ressources naturelles du cercle de Kita », « non à la déforestation », « non à la destruction de notre environnement », pouvait-on lire sur des banderoles portées par les marcheurs qui scandaient aussi : « nous voulons l’annulation du contrat », « nous voulons protéger notre environnement ».

« Les autorités sont conscientes de vos préoccupations, le ministre de l’Environnement et de l’Assainissement a ordonné la suspension de la coupe du bois en attendant un examen approfondi de la situation », a fait savoir le préfet de Kati, qui reçevait les marcheurs dans ses locaux. Ibrahim Hama Traoré a assuré les populations du soutien de l’Etat non sans évoquer les liens d’amitié qui lient Chinois et Maliens.

Destruction de l’environnement

Idem au conseil de cercle où les marcheurs ont été reçus par le 1er vice-président du conseil de cercle, Abdoulaye Laïco Traoré.

Dans une déclaration remise à chacune de ces autorités, le Réseau de plaidoyer/lobbying pour un développement durable du cercle de Kita, s’élève contre la destruction de l’environnement et demande l’annulation pure et simple du contrat d’exploitation du Guenou et l’arrêt immédiat de la coupe de rônier et du bambou.

La marche s’est déroulée dans la discipline, sans incidents. Au cours d’un meeting au centre des jeunes, les habitants des différentes communes ont évoqué les conséquences de la coupe de bois.

Aux dires des responsables, un pied d’arbre coûte pour l’entreprise 7500 F CFA. Cette somme est repartie entre la conservation de la nature (80 %), l’Assemblée régionale (5 %), le conseil de cercle (5 %) et la commune où le bois est coupé (10 %). A en croire Moussa Keita, le président du réseau, si Kita était considéré comme le grenier de la 1ere région, à cause de ses terres fertiles et les grandes précipitations qu’il recevait, le cercle perd petit à petit ce statut à cause de la déforestation.

Au cours du meeting, les populations ont dénoncé le contrat d’exploitation accordé à l’entreprise chinoise. Elles ont affirmé qu’elles n’ont pas été impliquées dans sa conception et sa mise en œuvre.
Le ministre de l’Environnement et de l’Assainissement Aghatan Ag Alhassane avait effectué une visite dans le cercle de Kita le 13 mars 2008.

Il avait ordonné la suspension de la coupe du bois. Selon les témoignages des populations, notamment des membres des comités de surveillance contre la coupe de bois, depuis lors il n’ y a pas eu de coupe de bois de la part de l’entreprise incriminée.

Mais la mesure prise par le ministre ne rassure point les populations, car les ouvriers engagés par l’entreprise n’ont pas encore évacué les sites d’exploitation.


Denis Koné

(envoyé spécial)

30 Mai 2008