Partager

Exonéré de la TVA et du droit de douane, le riz importé sera vendu à 340 F CFA le kilo aux consommateurs. Cette décision a été prise le vendredi dernier au cours d’une rencontre entre le ministre du Commerce, des Mines et de l’Industrie et les commerçants importateurs et détaillants dans les locaux du ministère du Commerce, des Mines et de l’Industrie.

En vue d’amortir les effets de la crise alimentaire, l’Etat a exonéré les droits de douanes et de TVA à 100 % sur l’importation de riz. Suite à cette mesure, le gouvernement et les commerçants importateurs ont, d’un commun accord, fixé le prix du riz importé à 315 F CFA le kilo pour les importateurs et 340 F CFA pour les détaillants. La rencontre entre le ministre du Commerce, des Mines et de l’Industrie, Ahmadou Touré, et des commerçants grossistes et détaillants le vendredi 1erjuin a fait le point de cette décision.

Certains commerçants importateurs ont fait savoir qu’ils ne peuvent plus céder le kilo du riz à 315 F CFA à cause de la fluctuation du dollar. D’autres ont soutenu qu’il est bien possible de vendre le riz au prix conclu entre eux et le gouvernement malgré la chute de l’euro et la hausse du dollar. Le débat a été houleux d’une part entre les commerçants eux-mêmes et d’autre part entre le ministre et les commerçants. « On peut vendre le riz à 315 F CFA. Il faut qu’on ait pitié du peuple. Nous sommes en guerre », a dit Bazoumana Fofana, commerçant importateur.

Le ministre a demandé aux commerçants de trouver une formule pour que le prix qui a été fixé puisse être maintenu. Toutefois, il leur a proposé de procéder aux ajustements en fonction de la réalité du marché. « Les intérêts sont différents, mais je vous demande de voir l’intérêt du Mali », a noté le ministre. Les propositions du ministre ont été a acceptées par les commerçants.

« Le prix du riz est fixé sur l’ensemble du territoire à 315 F CFA pour les grossistes et 340 F CFA pour les détaillants. On fera tout pour accompagner le gouvernement », a tranché Bakoré Sylla, le président du Groupement patronal des commerçants du Mali. Hama Aba Cissé, président de la Coordination des associations des commerçants détaillants a invité ses collègues à respecter les prix conclus entre eux et le gouvernement.

Il ressort de la rencontre que malgré l’exonération, l’approvisionnement des marchés reste faible. Sur 100 000 tonnes prévues, seulement 18 000 tonnes de riz ont pu être importées. De plus, les stocks aux ports sont estimés à 77 776 tonnes.

« La préoccupation du gouvernement est que les Maliens aient à manger. Il faut mettre le paquet pour accélérer le ravitaillement », a préconisé Ahmadou Touré. Les commerçants ont demandé de prolonger la durée de l’exonération pour qu’ils puissent importer beaucoup de riz. Sur ce point, le ministre a dit qu’il souhaite que les commerçants le saisissent officiellement par écrit pour motiver leur demande d’extension de la période d’exonération.

Sidiki Doumbia

04 Juin 2012