Partager


C’est parce qu’il a accepté d’être hier un cadet que Alpha Macki Sow, 76 ans, est aujourd’hui un vénéré homme dans le quartier d’Hamdallaye, voire dans tout le district de Bamako : en étant membre des bureaux des personnes âgées. Une méthode qui ne ment pas et à propager.

Né en 1932 à Kayes, Alpha Macki Sow est un agent de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) à la retraite depuis de deux décennies. Il est marié et père de six enfants et vit à Hamdallaye en Commune IV depuis 1958.
La société d’antan donnait une importance singulière au droit d’aînesse, dit-il d’emblée. Mais les données, ajoute-t-il, changent au jour le jour.

Selon M. Sow, « les jeunes doivent prendre conseil auprès des vieilles personnes ». « Actuellement, regrette-t-il, on constate que la jeunesse n’est pas comme celle d’autrefois où le moins âgé était à la portée du plus âgé au motif que le jeune frère était toujours prêt à exécuter n’importe quel service demandé par le grand frère. Et il le faisait sans se plaindre. Aujourd’hui, tel n’est pas le cas ».

Pour notre interlocuteur, il serait souhaitable, que les jeunes s’approchent des vieux pour leurs bons conseils. Partant de là, on peut garder l’espoir que le droit d’aînesse n’est pas en danger au Mali. Aux dires d’Alpha Macki Sow, la société malienne respecte toujours quelque part les vieilles personnes. « Par exemple pour traverser la route, les policiers nous font passer en arrêtant les véhicules. Quand on se rend dans différentes administrations publiques, on est bien reçu ».

Dans son entourage comme ailleurs, le vieux Sow est respecté. D’après lui, le conseil doit être la mission fondamentale d’une vieille personne dans la famille.

L’aîné, pour lui, se doit d’être exemplaire aux yeux de tous. « Même si le cadet de la famille est plus riche que l’aîné, tout doit forcément passer par lui », prône-t-il. Ce qui sous-entend que le droit d’aînesse quoique bafoué dans certaines familles reste encore un principe intangible dans d’autres. La preuve en est que lorsque le vieux Sow prenait son salaire il le remettait d’abord à son grand frère bien que marié et père de famille.

Malgré son âge avancé, Alpha Macki Sow prend encore en charge la résolution de bien des problèmes de sa petite communauté. Soucieux du sort de ses semblables, l’infatigable Sow, optimiste à tous égards, est aujourd’hui président du bureau des personnes âgées d’Hamdallaye et de la Commune IV et secrétaire aux affaires sociales du bureau des personnes âgées du district de Bamako.

Assitan Haïdara

22 Aout 2008