Partager

Vers la bancarisation de la clientèle


La 34ème session du Conseil d’Administration de la Banque de Développement du Mali (BDM-SA) s’est tenue le samedi dernier dans la salle de conférences de son siège à Bamako. Présidé par le Président Directeur Général, Abdoulaye Daffé, le conseil a enregistré la présence des administrateurs nationaux et internationaux, notamment ceux du Maroc, MM Bennani et Chmanti.

En effet, il s’agissait pour les administrateurs d’examiner les états financiers de l’exercice clos au 31/12/2006 afin de s’assurer que les réalisations sont conformes aux objectifs assignés. Pour ensuite identifier les voies et moyens susceptibles de mieux orienter la stratégie de développement de la banque dans un environnement bancaire sous-régional en pleine mutation.

Dans son intervention, le président directeur général de la BDM-SA, Abdoulaye Daffé, a indiqué qu’en dépit d’une conjoncture économique difficile marquée par : une pluviométrie mal repartie dans le temps et dans l’espace, la baisse du cours du coton ainsi que de celui du dollars par rapport à l’euro, la hausse des prix des hydrocarbures, l’élan d’hier a été maintenu.

En effet, fera, t-il savoir, le niveau des ressources s’est établi à 280 milliards pour un objectif programmé pour 265 milliards. Les emplois ont atteint 172 milliards pour un objectif assigné de 170 milliards. Quant au résultat net d’exploitation, il a été de cinq milliards trente quatre millions de F CFA pour un objectif de cinq milliards huit cent millions de francs CFA.

Cependant, le président directeur général, Abdoulaye Daffé, a, au nom des administrateurs, adressé à l’ensemble du personnel de la banque, ses sincères félicitations afin que l’effort de préservation et de consolidation du socle bâti se renforce chaque jour, chaque mois, chaque année.“Les défis du futur, nos ambitions pour demain vont au delà des frontières du marché national” a t-il indiqué avant de faire savoir : “Nous voulons d’une BDM, certes solidaire de ses consoeurs au plan national, mais une BDM-SA plus présente dans les autres pays de notre sous région afin de mieux accompagner nos opérateurs économiques sur les chantiers de l’intégration sous-régional. Il nous faudrait, pour ce faire, plus d’engagement, plus de détermination, plus de vigilance, mais je suis confiant à l’avenir de notre établissement, j’ai foi en vous, en votre capacité d’orienter, d’éclairer, de tenir la main, je crois en la force de nos équipes. Elles ont fait de notre banque une école, une école pour la jeunesse de notre pays, une école qui apprend à mieux soutenir les secteurs porteurs de croissance, une école qui a souci du bien-être des Maliens et des Maliennes.

Il a enfin rendu un hommage mérité à M. Mama Issa, l’administrateur de la BOAD appelé à d’autres fonctions, pour la qualité de ses contributions aux travaux. Aussi, à leurs frères du Maroc, MM. Bennani et Chmanti pour leur constance et pour ce qu’ils ont toujours souhaité de bien pour la BDM-SA et pour notre pays.

L’administrateur marocain, M. Bennani a, pour sa part, indiqué que la position de leadership de la BDM lui confère quelques obligations, des obligations parmi lesquelles : des obligations nationales, des obligations régionales également. Au Mali, indiquera t-il, de relever les défis de la croissances qui doivent être stimulés par la BDM-SA. Il s’agit notamment des particuliers, de l’immobilier.

La bancarisation au Mali est encore embryonnaire, nous avons un devoir national pour accompagner cette bancarisation, et nous avons les moyens de le faire. Sur le plan régional, la BDM est bien armée pour pouvoir continuer à s’implanter dans la région. La réussite de votre projet de la BDM en Guinée Bissau peut en témoigner. Enfin, nous sommes tous confiants que l’année 2007 sera une excellente année de consolidation et d’ouverture de nouveaux horizons. Je tiens à féliciter, aujourd’hui, M. Daffé ainsi que toute l’équipe qui dirige la BDM. Ce sont ces hommes et ces femmes qui font que cette banque est une banque qui joue un rôle important au sein de la scène politique, économique et de développement au Mali”, a indiqué M. Bennani.

A la fin du conseil, approché par nos soins, l’administrateur marocain a indiqué que malgré une conjoncture difficile en 2007 et une grandissante concurrence avec l’arrivée de nouvelles banques, la BDM a su consolider sa position de leader sur le marché national et international. Lors de ce conseil, fera t-il savoir, “nous avons parlé de l’avenir de la banque aussi bien sur le plan national, et nous avons décidé d’aller vers la bancarisation de la clientèle qui est une bonne politique qu’il va falloir poursuivre. Nous avons également évoqué l’avenir immédiat de l’installation de la BDM dans la sous région. Je crois que l’expérience que nous avons eue, à travers celle de la Guinée Bissau, est très bonne. Nous souhaitons que cette expérience soit élargie à d’autres pays”.

Selon lui, l’originalité des conseils de la BDM-SA est assez particulier dans la mesure où dans un premier temps, les administrateurs viennent de différents horizons et de pays différents. Ils sont généralement assistés par des banquiers centraux, des banques de développement, de la chambre de commerce, de l’Etat. Toute chose qui est une diversité culturelle, qui donne de débats très féconds et intéressants. Deuxièmement, la présence d’une banque marocaine qui participe au capital de la BDM.

Il a, enfin, indiqué que cette banque est une banque privée, qui bénéficie de l’expérience française, portugaise, Espagnole… “Nous essayons de faire profiter la BDM de cette expérience reçue au niveau d’une banque marocaine”, a-t-il conclu.

Faut-il le noter, les délibérations de la 34ème session du Conseil d’Administration de la BDM-SA, ont porté essentiellement sur l’examen des comptes de l’exercice arrêté au 31/12/2006.

Ainsi, les comptes arrêtés font ressortir un résultat d’exploitation bénéficiaire de 5.034.000 000 FCFA avant impôts. Les administrateurs ont noté avec satisfaction que les objectifs assignés, au titre de l’exercice 2006, ont été atteints, et ont adressé leurs félicitations à la Direction générale et à l’ensemble du personnel de la banque.

Moussa TOURE

11 juin 2007.